AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 as our fathers ? {Lyokha & Samael'children}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Samael T. Tudor
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1470

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: as our fathers ? {Lyokha & Samael'children}   Jeu 5 Fév - 18:54

as our fathers ?

Des blagues qui se racontent, des rires qui se font entendre, le bruit des verres qui s'entrechoquent, l'ambiance est au beau fixe aujourd'hui, en ce jour de commémoration de la fin de la Guerre des Cent Jours, et la nuit n'est même pas encore tombée. Il faut dire que c'est jour de fête aujourd'hui, tu en profites pleinement pour passer du temps avec ton cousin et tes amis. Il faut toujours profiter des jours fériés, les moments où le boulot ne t'oblige pas à rester constamment au palais sont rares. Tiens, tu te demandes où est-ce que tes deux pères ont bien pu passer, étant donné qu'ils ont disparu avant l'aube. Oui oui, tes deux pères. Certes, un seul est ton géniteur mais les deux t'ont élevé, lorsqu'ils se sont réconciliés. C'est une très longue histoire d'infidélité, de trahison, de Chasseur et de vampire, mais surtout une histoire d'amour très compliquée. C'est leur problème, pas le tien, tant qu'ils ne refont pas une crise de couple. Aujourd'hui, ils ont dû aller faire un tour dans une des demeures familiales, histoire de passer une journée en amoureux. Il est vrai que tu sais te montrer diablement agaçant lorsque tu te décides à les taquiner alors que leurs regards se font un peu trop évocateurs. Tu as toujours adoré les embêter mais on t'aime tel que tu es : joyeux, volontiers espiègle, un peu taquin et tu aimes sortir, tu aimes t'amuser. Mais il ne faut pas se fier à la première impression, il ne faut pas s'arrêter à ton beau sourire, à ton regard d'un noir envoûtant ni à ton rire. Non, parce que le jeune homme que tu es a été élevé par deux hommes qui ont vu trop de choses durant leur existence pour te laisser agir en toute insouciance. Tu sais donc être redoutable, sur tous les terrains. Mais là n'est pas la question.

Tu finis par échanger quelques mots avec tes amis et ton cousin, leur expliquant que tu les retrouveras dans la soirée, puis tu sors du bar dans lequel vous étiez installés pour retrouver les rues de Spes. L'air frais de cette fin d'après-midi te fait un bien fou et tu ne peux t'empêcher de fermer les yeux quelques secondes pour en profiter. Mais ce n'est pas parce que tu es sorti du bar qu'il y a moins de bruit aux environs. Les rues sont bondées, ici et là des étals ont fleuri, vendant toutes sortes de choses. Ton regard traîne sur les étals, même si tu sais que tu n'achèteras rien, à moins d'avoir un coup de cœur. Que fais-tu dans les rues, loin de tes amis ? Tu t'es promis de trouver quelque chose pour tes pères et comme tu n'as encore rien trouvé, il fallait que tu t'y mettes sérieusement. Tu as bien une petite idée de ce qui pourrait leur faire plaisir mais il faut encore que tu gagnes les boutiques concernées. Et la foule t'oppresse un petit peu, c'est donc avec un immense soulagement que tu entres dans la première boutique et fais le tour des prochains salons. Alors. Les concerts, ce n'est pas ce qu'il faut. Prochaines expositions aux musées... Non. Ah, tu as trouvé ce que tu cherchais : le prochain salon de la voiture. C'est avec un grand sourire que tu notes les dates d'ouverture puis vas acheter une entrée. Et voilà pour Lyokha. Tu connais sa passion pour les voitures, tu ne sais même pas combien il en a, alors tu es à peu près certain que cela lui plaira. Enfin, tu espères. Il n'a jamais besoin de rien, c'est donc toujours affreusement compliqué de trouver quelque chose qui puisse lui faire plaisir... Enfin, tu as fait ton choix. Maintenant, il te reste à trouver comment le lui offrir, mais ce sera une toute autre histoire. Il faut passer à ton père à présent, et ce sera plus compliqué.

Avec une certaine réticence, tu te retrouves à nouveau dans les rues bondées. Tu te noies presque dans cette marée humaine de gens qui se bousculent, qui ne regardent pas où ils marchent et qui bavardent tous joyeusement. Tu n'y peux rien, tu n'aimes pas la foule, cela t'oppresse et tu sais que si tu insistes trop, tu es capable de faire une crise de panique. N'y songe pas. Tu inspires à fond et prend le chemin te menant à un magasin de musique que tu connais on ne peut mieux. Il te faut dix bonnes minutes de bain de foule pour enfin arriver à destination, et lorsque tu t'es enfin engouffré dans la boutique, heureusement bien aérée et non bondée, que tu te permets de souffler une bonne minute. Dès que tu te sens mieux, tu fais à nouveau le tour de la boutique, à la recherche du détail qui pourrait plaire à ton père, du petit quelque chose qui le rend exceptionnel et qui fait toute la différence à ses yeux. Tu sais que tu n'as pas besoin de grand chose mais il faut quand même trouver, ce qui n'est pas si aisé. Bref. Ton regard se pose sur chaque objet présenté, espérant capter quelque chose d'intéressant mais rien ne semble vouloir se démarquer du reste, même si tu restes un peu plus longtemps que prévu devant les violons... Il s'agit là de ton instrument de prédilection, tu en joues depuis ton plus jeune âge et tu aimes cela, bien plus que le piano. Mais tu n'es pas là pour toi et, une fois de plus, tu te détournes. Il n'y a rien. Serrant les dents, déçu, tu passes quand même du côté partitions, à la recherche d'un petit trésor. Le propriétaire de la boutique récupère parfois de vieilles partitions, oubliées et tous, et ces dernières peuvent se révéler extraordinairement belles. Tu farfouilles dans les rangées pendant un bon quart d'heure mais rien ne retient ton attention. Tu commences à faire demi-tour quand le propriétaire te voit et te fait signe de venir. Curieux, tu le rejoins tandis qu'il sort un carton de la réserve. Tu y découvres une vingtaine de très anciennes partitions, parfaitement bien conservées. Ton regard pétille de curiosité et soudain...

-OH ! Mais c'est une des partitions de Leifur Helguson ! Mais c'est génial, comment est-ce que vous faites pour toujours dénicher de tels trésors ?

Un mystérieux sourire étire les lèvres de l'homme et il se détourne, sans te répondre. Tu sais que tu n'auras jamais de réponse, c'est un secret bien gardé. Mais cette partition qui, a priori, est complète reste entre tes mains. Tu as trouvé ton second cadeau. C'est donc parfaitement heureux que tu payes ton achat – un peu plus cher que prévu mais cela ne t'importe que peu – et tu ressors de la boutique, rageant les feuilles dans ton sac à dos. À nouveau, tu regardes cette foule qui t'angoisse. Toujours est-il que tu dois rentrer au palais pour déposer tes cadeaux avant de repartir retrouver tes amis. Alors tu n'as pas d'autre choix que d'y aller. Tu te donnes mentalement un bon coup de pied au derrière et te décides enfin à avancer, mais ce n'est pas pour cela que tu bouges au final. Quelqu'un passe derrière toi et te bouscule violemment. Déséquilibré, tu perds ton équilibre et bouscule malheureusement quelqu'un. Tu entends un bruit d'affaires qui tombent au sol et... Tu tombes sur ladite personne, l'attrapant contre toi par réflexe. Vous voilà au sol, l'un contre l'autre à cause d'un stupide réflexe pour lui éviter de se faire trop mal. Et lorsque tu te rends compte que tu tiens contre toi une magnifique demoiselle aux cheveux blonds, tu la lâches immédiatement.

-Oh, excusez-moi ! Je suis sincèrement désolé, j'ai perdu l'équilibre, je n'avais pas vu que vous étiez là et je... Je... Pardon.

Tu sens le rouge te monter aux joues et tu détestes cela. Tu te contentes de la lâcher et de la laisser se redresser si c'est là ce qu'elle veut. Pendant ce temps-là, tu ramasses rapidement ses affaires puis te relèves, les lui tendant. Et pendant que tu fais cela, tu observes la magnifique demoiselle... Bon sang... Quelques secondes, tu te perds dans les deux perles d'azur qui lui servent d'yeux... C'est envoûtant, c'est... Une petite seconde. Tu reviens dans la réalité, la détaillant un peu sans te montrer malpoli. Tu as une drôle d'impression, comme si tu la connaissais... Pourtant, tu t'en serais souvenu si tu l'avais déjà rencontrée, tu peux en être certain. Mais alors, d'où te vient cette impression ? Pourquoi te sens-tu troublé ? Tu ne sais pas. Des yeux d'un bleu superbe, des cheveux d'un superbe blond clair, et ses traits... Elle te rappelle quelqu'un mais tu ne parviens pas à savoir à qui. Cette drôle d'impression ne t'empêche toutefois pas de faire ce que tu as à faire : t'enquérir de son état.

-Je ne vous ai pas fait mal au moins ?

Ce serait le pompon si tu lui avait fait mal. Tu espères que ce n'est pas le cas, tu espères qu'elle va bien et qu'elle te pardonnera cette pseudo maladresse tout à fait involontaire. C'est tout de même étrange... Ton cœur bat trop vite, trop fort face à une inconnue qui te donne l'impression de l'avoir déjà croisée... Le destin fait étrangement les choses, Ramiel. La personne que tu as devant toi se prénomme Sacha, et c'est la fille de Lyokha, l'un de tes pères... Non, tu ne te souviens pas de celle qui n'était qu'une adolescente la dernière fois que tu l'as vue. Tu ne la reconnais pas. Tu te contentes de rester en bug devant elle...

_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nash Baker
♆ tell me, would you kill...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Vampire (de Samael).
♆ âge : 1143 ans (et fou amoureux de Samael).
♆ métier : Fouteur de m**** (et amant de Samael à plein temps).
♆ célébrité : H. Christensen
♆ crédits : awake.
♆ messages : 519

♆ tell me, would you kill...


MessageSujet: Re: as our fathers ? {Lyokha & Samael'children}   Ven 6 Fév - 22:47