AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 give me everything tonight. (mae)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Theodore Volkov
♆ tell me, would you kill...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Vampire (de Samael).
♆ âge : 1143 ans (et fou amoureux de Samael).
♆ métier : Fouteur de m**** (et amant de Samael à plein temps).
♆ célébrité : H. Christensen
♆ crédits : awake.
♆ messages : 515

♆ tell me, would you kill...


MessageSujet: give me everything tonight. (mae)   Mar 4 Mar - 23:50



samael & lyokha... vraiment?

Par tous les dieux slaves. Tu n'en reviens toujours pas. Ce n'est tout bonnement pas possible. Et pourtant. C'est bien ton reflet dans le miroir. Et c'est exactement le même dans le miroir de la salle de bain. Dans celui de la penderie aussi. Tu ressembles a... C'est... Une nouvelle fois tu es juste sans mot. Tu te dévisages dans la glace, et tu es partagé entre l'envie de hurler comme tu l'as fait en te réveillant, et l'envie de juste t'évanouir sur place. Par pitié, tu veux te réveiller. Ce n'est qu'un mauvais rêve, pas vrai ? Tu déglutis péniblement. En fait, tu ne fais pas que t'observer, tu te reluques dans le miroir. Non mais depuis quand tu t'auto-mates ? C'est tellement tordu toute cette affaire. Tu es... Une femme. Rien que de l'imaginer te fait des nœuds au cerveau. Et pourtant, c'est bien le cas. Qu'est-ce que tu fais, tu restes enfermé dans le noir ? Non, mauvaise idée. Et d'abord, tu dois trouver des vêtements à ta taille. Autre chose que la chemise blanche que tu portes actuellement, de préférence – chemise qui au passage, te va trois fois trop grande. Enfin ça, c'est l'affaire de Lucky. Elle t'a dit de rester là, alors tu ne bouges pas. De toute façon, tu es littéralement pétrifié sur place. Tu n'as aucune idée de quelle mauvaise blague il s'agit, mais les plus courtes sont les meilleures. Tu glisses tes mains le long de ton corps et une fois de plus tu constates à quel point c'est bizarre. Par Rod, tu es une gonzesse. Faut avouer que t'es pas mal, tu le savais toute façon, que ton alter-ego féminin serait littéralement une bombe atomique. Ouais c'est ça, continue à t'envoyer des fleurs, en attendant, l'heure tourne, et tu ne vas pas rester planté devant la glace ad vitam aeternam. Mais tu es juste pétrifié sur place pour l'instant. Alors mentalement, tu te donnes un bon coup de pied pour aller prendre une douche. Omg. Tu fermes les yeux, tu as trop peur de te voir à poil. Quoique, en fait, t'es pas si mal... Lyokha, bon sang, mais grandis un peu dans ta tête ! Sans trop savoir pourquoi, une fois sous l'eau, tu te mets à rire. Un rire cristallin, presque trop agréable. Tu aimes ton rire bon sang. Oui, tu connais la sortie aussi. Enfin, en attendant, tu as une idée qui te traverse l'esprit. Tu avais prévu de rendre visite à Samael ce soir et... Finalement, tu ne vas pas changer tes plans. Ça risque d'être même assez comique. Tu sors de la douche, et enveloppée dans une serviette, tu vois Lucky revenir avec une bonne dizaine de tenues différentes. Heu ? Elle te regarde toujours avec ce large sourire, et tu as juste l'impression d'être une poupée qu'elle va se régaler à habiller. Alors tu déglutis difficilement une fois de plus parce que tu as un peu peur de la suite. Et en effet, tu n'as pas ton mot à dire que tu sors d'une séance intense de relooking. OMG. Tu ne te reconnais pas. Déjà que tu ne te reconnaissais pas plus tôt, alors là, habillée, maquillée, perchée sur de hauts ta... QUOI ? Omg. Tu es sur des talons. Mais comment tu vas faire pour marcher avec des trucs de treize centimètres ? Aucune idée. Tu tentes un pas, et deux, avant de te rendre compte que tu marches avec une aisance naturelle. Tout ça, c'est trop bizarre. Définitivement trop bizarre. Tu jettes un coup d'oeil dans le miroir à nouveau. C'est... Il n'y a pas de mot, en réalité. Tu ne sais pas si tu rêves, si on t'a drogué où si c'est un mauvais tour. Toujours est-il que bon sang, c'est trop étrange tout ça. Tu te détailles. Ce chemisier un peu trop décolleté. Ce short un peu trop court. Ces chaussures un peu trop hautes. « No way. Je sors pas comme ça. Hors de question. Non, nada, niet. Jamais. Regarde-moi, je ressemble à... » Elle te foudroie presque du regard. Faut peut-être pas oublier que ce sont ses vêtements à la base. Son style. Alors si tu commences à critiquer, t'es morte. « Okay, non j'adore, c'est parfait. » Soumise. Fais-tu avec un large sourire qui dissimule ton inquiétude. Omg. C'est pas possible. Et tu prends vite la fuite de l'appartement avant qu'elle ne décide soudainement de te faire changer de vêtement, parce que madame a une meilleure idée. Tu te contenteras de ça, hein, c'est déjà assez... Perturbant. Bref, après quelques longs pas à te faire siffler – omg ça aussi c'est trop bizarre – tu arrives enfin vers l'Atlantide, où tu te fonds un peu plus facilement dans la masse. Il est tant que tu agisses comme une fille. Pas comme n'importe laquelle ; comme celle que tu aurais été si tu étais né avec... D'autres attributs que les tiens, on dira. Tu arrives devant sa porte. Tu déglutis péniblement, hésitant à frapper. Comment est-ce qu'il va réagir hein ? Oh et puis mince, c'est l'occasion de faire une bonne blague, de tester ses réactions. Alors un petit sourire charmeur se dessine sur tes lèvres, tu remets un peu mieux ton sac sur ton épaule – ça sert à quoi ça déjà ? Aucune idée, Lucky a pas eu le temps de t'expliquer – et tu frappes doucement à la porte. Le propriétaire des lieux vient ouvrir, et tu restes en bug un instant, avant de lancer avec une voix que tu ne te connais pas un : « Salut honey. » plutôt suggestif. Okay, sauf que le problème, c'est qu'en face, il n'a aucune idée de qui tu es vraiment. Alors il va falloir plus qu'un surnom pour qu'il comprenne. « Okay, hm, ça va te paraître complètement dingue mais c'est moi. » Qui moi ? C'est peut-être la question à laquelle tu devrais répondre. Tu te mords un peu la lèvre, penchant légèrement la tête. D'une, tu es persuadé qu'il ne va pas de croire. De deux, tu te sens d'avance ridicule d'un tel aveux. « C'est... Tu vas jamais me croire mais c'est... Lyokha. » Une curieuse grimace fait son apparition sur ton visage, et tu le regardes. Pour peu qu'il te prenne pour une folle, ou une fille un peu bourrée qui se serait trompée d'appartement. La soirée promet d'être longue, apparemment !

_________________

- I LOVED YOU SO MUCH, AND NOW IT HURTS SO BAD -
falling out of love is hard, falling for betrayal is worse, broken trust and broken hearts, i know. and now when all is done there is nothing to say, all we had is gone. tell them I was happy, and my heart is broken, all my scars are open, tell them what i hoped would be impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ramiel A.D. Tudor
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1190

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: give me everything tonight. (mae)   Mer 5 Mar - 17:53


surprise...
Et d'une nouvelle journée qui se termine. Pour une fois que tu n'as pas passé ton temps au palais, tu devrais être en meilleure forme que d'ordinaire. Pourtant, ce n'est guère le cas. Ton appartement au cœur de l'Atlantide n'est plus prévu depuis longtemps pour la détente, mais pour le travail intensif. Tu as tout transformé en une base, un endroit depuis lequel tu sais que tu peux infiltrer les réseaux de l'Empire sans le moindre problème. Oui oui, tu joues bien les pirates électroniques depuis ton ordinateur. Tu n'aimes guère avoir recours à ce genre de moyens mais quand la manière douce ne suffit pas pour te fournir les informations que tu recherches, il faut bien que tu te résolves à employer d'autres méthodes. Celle-ci est celle que tu maîtrises le mieux. Et puis, sérieusement, aller demander à quelqu'un d'autre de te trouver telle ou telle information est toujours risqué. C'est mettre quelqu'un d'autre dans la confidence et lorsqu'il s'agit d'affaires d'état, tu ne peux te le permettre. Quoi que tes actes puissent faire penser, tu as une conscience parfaitement bien développée. Tu ne mettras jamais l'empire en péril pour ta simple curiosité. D'ailleurs, de préférence, tu ne veux mettre personne en danger à cause de toi.

Un bâillement t'échappe alors que tu éteins l'ordinateur. Tu t'étires un peu sur ta chaise, levant les bras bien haut et tirant sur le bout de tes doigts liés. Ouf. Tu n'as plus l'habitude de rester une journée complète sur une chaise. Toi qui bouges tout le temps, toi qui a du mal à tenir en place plus de quelques instants, tu viens de réussir l'exploit pour une journée complète. Tu peux bien t'accorder une longue pause. Secouant un peu la tête, tu te lèves et vas plutôt te faire un bon café bien fort. Ne devrais-tu pas avaler une tisane et aller au lit ? Non, parce que tu ne t'es pas dépensé de la journée donc dormir te sera impossible, tu le sais parfaitement. Ce n'est pas pour rien que tu passes la plupart de tes nuits dehors, à jouer du piano dans un bar, à chasser, à te promener ou, plus dernièrement, à retrouver Lyokha. Il te manque, tu le rejoindrais volontiers ce soir... Mais tu te raisonnes bien rapidement. Après l'effort le réconfort. En autres termes : tu finis ton travail, tu pourras aller te reposer dans ses bras ensuite. Mais ton devoir avant tout le reste. Allez, retournes-y.

Toutefois, sans que tu t'y attendes, on frappe à la porte de ton appartement. Tu fronces les sourcils, intrigué. Tu n'es quasiment jamais là, qui cela peut-il bien être ? Surtout que rares sont les personnes qui savent que tu possèdes cet appartement, plus rares encore celles qui savent que tu t'y trouves. Léandre doit s'en douter, ton oncle, et... Ah, oui, évidemment, ton blondinet de vampire. Hum, de nuit, tu ne vois que ce dernier qui puisse s'être déplacé jusqu'à toi. À moins que ce ne soit tout simplement une erreur aussi. Ce serait plus logique à tes yeux, surtout que tu ne reconnais pas cette manière de frapper à ta porte. Toujours est-il que, après une dernière gorgée de café avalée, tu laisses ton mug sur la table du bar et gagnes la porte d'entrée. Et lorsque tu l'ouvres, tu restes quelques secondes en bug total devant la demoiselle en face de toi.

Une jeune fille blonde, ses cheveux parfaitement bouclés encadrant un doux visage, de magnifiques yeux bleus dans lesquels tu t'attardes quelques instants... Ce regard te rappelle celui de quelqu'un... Il te rappelle celui du vampire... Clair et profond, pétillant... Un regard dans lequel tu te perdrais volontiers plus longtemps, mais tu restes un homme et ton regard ne peux s'empêcher de descendre le long de son cou, venant se poser quelques secondes sur ce décolleté un peu trop profond pour être innocent. Heu... Tu te reprends mais ton regard descend encore, juste le long de ses cuisses, de ses longues jambes... Ouah, Samael, reprend-toi tout de suite. Oui oui, on a dit tout de suite. Tu clignes des yeux tandis que sa voix se fait entendre. Son ton est assez... Ahem. Oui, on a compris, elle est wouah comme dirait Andrew s'il était là, histoire de te taquiner. Tu la regardes donc, arquant un sourcil. Tu as au moins la présence d'esprit de penser à Lyokha pour te reprendre.

-On se connaît, Miss... ?

Non, tu n'as rien trouvé de mieux à lui sortir. Comme quoi, tu es légèrement perturbé. Enfin bref, tu fais un effort pour te reprendre. Tu es casé, même si ce n'est pas officiel. Pas de bêtise. Sauf que les propos de la blonde en face de toi sont sommes toute assez... Étranges. "C'est moi ?" Oui, bien entendu, mais qui est ce moi ? Tu arques un peu plus ton sourcil, l'observant sans bouger de l'encadrement de la porte. Et c'est là qu'elle sort un prénom. Son prénom. Tu ne peux t'empêcher d'écarquiller grand les yeux. QUOI ? Lyokha ? C'est... Non, c'est impossible. Tu secoues la tête, niant déjà toute possibilité.

-Très bien, je ne sais pas quelle est la blague, le délire ou le défi de la soirée, mais je pense que vous pouvez aller frapper à une autre porte.

C'est fort quand même. Mais on ne te prendra pas à un tel jeu. Tu comptes bien fermer la porte lorsqu'un doute vient s'initier dans ton esprit. Lyokha. Ce n'est pas un prénom très commun. Au contraire, sur cette planète, il est plutôt rare. Quelle était la probabilité qu'une parfaite inconnue te sorte ce prénom très exactement ? Un prénom masculin plus encore, de la part d'une demoiselle. C'était trop peu probable. Tu fronces les sourcils, la regardant à nouveau. Le lieu, le prénom, l'heure. Voilà beaucoup de coïncidences, hors tu ne crois pas en celles-ci. Alors soit il y a quelque chose de bien organisé derrière cette blague, très certainement de la part de Lyokha lui-même, soit c'est... Non, c'est impossible. Tu la regardes encore, plongeant plus particulièrement dans son regard. Ce regard...

-Lyokha ? Sérieusement ? As-tu un moyen de le prouver ?

Comment ? Tu l'ignores. Si c'est une blague, un hasard, tu sauras vite. Si c'est un coup monté par ce cher blondinet – qui aura de tes nouvelles, il peut en être certain si c'est cela – tu attends quelque chose que vous seuls savez et qu'il n'aurait jamais dévoilé à qui que ce soit d'autre. Un de vos secrets, si on peut le dire ainsi. En attendant, tu restes méfiant, observant la belle demoiselle – ok, la bombe atomique – que tu as sous les yeux.

_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Theodore Volkov
♆ tell me, would you kill...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Vampire (de Samael).
♆ âge : 1143 ans (et fou amoureux de Samael).
♆ métier : Fouteur de m**** (et amant de Samael à plein temps).
♆ célébrité : H. Christensen
♆ crédits : awake.
♆ messages : 515

♆ tell me, would you kill...


MessageSujet: Re: give me everything tonight. (mae)   Mer 5 Mar - 18:40



Non mais c'est quoi cette manière qu'il a de te regarder ? Il t'a prise pour un morceau de viande ou bien ? Okay, la comparaison n'est pas terrible. Mais son regard est assez suggestif, et la manière qu'il a de te déshabiller du regard... Tu te retiens bien de le gifler, ce sale gosse. Non mais. Il est casé, il a oublié ? Ses yeux posés sur ton corps, tu aimerais bien lui demander si tu le déranges ou bien, mais tu n'en fais rien. Tu te contentes d'arquer un sourcil, alors que tu viens t'appuyer d'une main sur le cadre de sa porte. Oui, on le sait que t'es magnifique, mais c'est vraiment une raison pour te mater comme ça ? Tu devrais t'en sentir flattée, et c'est le cas quelque part : ton sourire s'étire un peu plus encore. Monsieur cligne des yeux, on dirait que tu viens de le ramener à la réalité. Alors, il peut arrêter de baver et prendre la parole, ou il a la langue paralysée aussi ? Tu le remettrais bien les idées en place tien. Mais c'est assez amusant en fait, de le voir réagir ainsi, parce que tu n'en attendais pas moins de lui. « On se connaît, Miss... ? » Tu ne tardes pas à lui répondre. Bien sûr que vous vous connaissez bon sang ! Ça ne se voit pas ? Non, pas du tout. Pas depuis que tu portes de la dentelle noire en sous-vêtements. Ahem, on peut passer les détails aussi ? Tu essayes de capter son regard, et tu y parviens finalement. Lyokha, oui, c'est toi. Quoi c'est si incroyable que ça ? Apparemment. Et quelque part, c'est compréhensible. Toi non plus, tu ne comprenais pas en te levant. Pas plus que tu ne comprends à cet instant, pour dire la vérité. Toujours est-il qu'il a l'air super choqué par ton annonce ? Oui, non, peut-être ? Il te croit ? On ne dirait pas. Il a plutôt l'air incrédule en fait. Il faut que tu le frappes pour qu'il finisse par te croire ? Tu n'en as aucune idée. Tu restes là, sur le pas de sa porte, à le jauger, toujours avec ce même sourire. Est-ce que ça cogite dans sa petite tête ? Tu ne sais pas trop, tu espères. Tu n'as pas tellement envie de rentrer chez toi, alors que tu peux profiter de ce que tu es sur l'instant. En profiter pour l'embêter, hein, allez pas vous imaginer autre chose, non mais. « Très bien, je ne sais pas quelle est la blague, le délire ou le défi de la soirée, mais je pense que vous pouvez aller frapper à une autre porte. » Tu arques un sourcil, presque incrédule. Vraiment, il ne te croit pas ? D'un côté, tu ne te croirais pas non plus. Pas plus que tu ne le croirais, s'il venait frapper à ta porte dans l'enveloppe d'une magnifique créature, avec de longs cheveux bruns, et un décolle... Tututut, tu t'égares là. Tu soupires un peu, secouant légèrement la tête. « Est-ce que j'ai l'air d'une blague ? » okay, question idiote, réponse idiote, rien ne prouve qu'il peut te croire ou te faire confiance. Tu sens que tu vas devoir prendre ton mal en patience pour dompter le petit lion. Petit lion ? Ouh là, ça t'a pas grillé que physiquement cette affaire. Pour peu, on dirait presque que ton cerveau aussi s'est féminisé. C'est super étrange tout ça. Il fronce un peu les sourcils, et soudainement, tu te prends à penser que tu préférais quand il te reluquait en silence. Sérieusement, ça ressemblait moins à un mauvais interrogatoire que ce qui se passe en ce moment. Tu fais un peu la moue, mais il faut que tu sois patiente, tu le sais plus que quiconque, surtout avec Samael Tudor, cette tête de mule, ce gamin complètement borné. « Lyokha ? Sérieusement ? As-tu un moyen de le prouver ? » Tu soupires profondément. Ah parce que maintenant, il faut que tu donnes des preuves à monsieur ? Tu arques un sourcil. Une preuve. Alors là, qu'est-ce que tu pourrais bien lui montrer ? Qu'est-ce que tu pourrais bien faire ? La question ne se pose pas plus longtemps, tu glisses des doigts sur son visage, et tu viens tout bonnement l'embrasser. Et sans grande surprise, il te repousse. Bah, c'était prévisible. Et heureusement d'ailleurs ! Une part de toi est fière de lui, car il n'a pas cédé à la tentation. Mais d'un autre côté... C'est toi, ne veut-il tout bonnement pas l'admettre ? Tu es partagé entre l'envie de le féliciter pour sa fidélité, ou de le gifler pour t'avoir repoussé. Nan mais. « Sérieusement Mae ? » Tu secoues un peu la tête, restant plantée là au milieu du corridor, réfléchissant profondément. Qu'est-ce qui pourrait bien lui prouver que tu es bel et bien celui qu'il aime... Ou plutôt devrais-tu dire celle, vu les derniers événements. Tu as remarqué avec ta transformation que tu avais perdu tous tes tatouages, toutes tes cicatrices. Sans ça, tu n'aurais eu qu'à lui montrer un peu de ta peau pour qu'il s'en rende compte. Et puis, ton visage s'illumine soudainement. Tu poses ton sac à main à tes pieds, entreprenant de déboutonner un peu plus encore ton chemisier. En fait, tu le déboutonnes complètement, lui présentant cette nouvelle poitrine plutôt voluptueuse, soutenue par un sous-vêtement noir corbeau, bordé d'une dentelle de la même couleur. Oui, côté provocation, t'assures, c'est le cas de le dire. Enfin, avant qu'il ne te prenne pour une folle qui se déshabille dans son corridor, tu désignes du bout de ton doigt la partie d'une cicatrice qui dépasse de ton soutien-gorge,  sous ton sein gauche. La seule cicatrice, celle qui t'a valu ta transformation en vampire, en réalité. « Tu ne me crois toujours pas ? » Fais-tu, penchant un peu la tête. S'il pouvait te regarder dans les yeux quand tu lui parles, ce serait pas mal aussi. Mais bon, tu ne veux pas trop lui en demander, pauvre chou. Soupirant à nouveau profondément, tu finis par simplement hausser les épaules, récupérant ton sac. « Après, si tu ne crois toujours pas, je crois qu'il y a bien d'autres minets de ton âge qui se ficheront pas mal de savoir qui je suis vraiment, alors... » Un large sourire provocateur étire tes lèvres rougies, et tu te détournes la tête haute, t'apprêtant simplement à quitter cet étage. S'il ne veut pas de toi, tant pis pour lui. Sac sur l'épaule, tu refermes les quelques boutons de ton chemisier, t'éloignant d'une démarche plutôt lente et tranquille. La nuit est encore jeune après tout.

_________________

- I LOVED YOU SO MUCH, AND NOW IT HURTS SO BAD -
falling out of love is hard, falling for betrayal is worse, broken trust and broken hearts, i know. and now when all is done there is nothing to say, all we had is gone. tell them I was happy, and my heart is broken, all my scars are open, tell them what i hoped would be impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ramiel A.D. Tudor
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1190

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: give me everything tonight. (mae)   Mer 5 Mar - 21:39

Non, tu n'en reviens vraiment pas. Tu as du mal à comprendre ce qui se passe. C'est une blague, n'est-ce pas ? Ce ne peut qu'être une blague, tu ne vois pas comment Lyokha aurait pu passer de lui à... Ça. Il n'y a rien de péjoratif dans cette qualification, au contraire, mais ne serais-ce qu'imaginer une telle transformation te perturbe au plus haut point. Alors si c'est une blague, qu'elle aille voir ailleurs si tu y es. Certes, c'est légèrement désagréable mais bon sang, cette fille est magnifique et si tu ne retournes pas très vite au travail, tu risques de laisser ton esprit un peu trop dériver. Tu es casé, tu es fidèle, point final. Même si cela ne t'empêche pas de regarder. Ce n'est pas parce qu'on a déjà une voiture qu'on n'a pas le droit de regarder les autres modèles. Quelle comparaison minable... Enfin bref. Ta remarque la fait soupirer. Qu'attendait-elle ? Que tu lui ouvres grand ta porte, que tu l'invites à faire comme chez elle, que tu la traites comme tu traites le blond ? Non, certainement pas, c'est rêver au-delà de l'impossible avec toi. Tu es Samael Tudor après tout, pas le premier humain venu. Tu es quelqu'un de méfiant, quelqu'un qui pose des questions, qui cherche à toujours comprendre ce qui se passe. Et là, tu ne crois pas une telle transformation possible alors tu ignores sa remarque. Oui, elle a l'air d'une blague. À question débile, tu t'abstiens de toute réponse.

Pourtant, tu as un doute. Un vrai doute. Les coïncidences sont nombreuses, presque trop. Comment pouvait-elle savoir pour Lyokha ? Pour toi ? Pour cette nuit ? Comment ? Et pourquoi ces yeux te rappellent-ils tant ceux du vampire ? Tu n'en as pas la moindre idée. Alors tu laisses le doute se faire. Tu la sondes du regard, limite tu la déshabilles de tes yeux sombres, cherchant le moindre indice, n'importe quoi qui pourrait de confirmer le fait que c'est une blague ou, au contraire, confirmer ses précédents propos. Elle soupire à nouveau, profondément. Quoi ? Ne peut-elle comprendre que ses paroles te paraissent invraisemblables ? Il te faut au moins une preuve pour lui laisser une chance. Sauf que sa réaction te surprend. Ses doigts qui glissent sur ton visage, ses lèvres qui viennent se déposer sur les tiennes... Un baiser. Par tous les dieux de la Terre, tu n'aurais pas rencontré l'homme de ta vie, tu aurais sans doute cédé à ce baiser qu'elle t'offre. Sauf que tu as quelqu'un dans ta vie alors tu la repousses, aussi magnifique soit-elle. On ne juge pas sur le physique, tu le sais bien, mais sa manière de faire, de te regarder, de poser ses doigts sur ta peau, de... Un vrai délice dont tu n'as pas voulu profiter. C'est bien, tu viens de prouver que même si ton esprit peut dévier, tu es fidèle. Quoi sérieusement ?

Oooh. Elle t'a appelé Mae. Bug. Rares sont les personnes qui osent t'appeler par ton prénom, alors ce surnom... Quelqu'un ne te connaissant pas aurait plutôt tendance à employer Sam comme surnom, et non Mae. Voir Mael. Mais... C'est étrange. Vraiment. Surtout que, sous tes yeux, elle déboutonne son chemisier, dévoilant complètement sa généreuse poitrine. Samael, tu sors. Roh, ce ne sont quand même pas le genre d'attributs dont le blondinet peut se vanter, tu peux bien profiter un peu de la vue, du moment que tu ne touches pas. Surtout que lui ne se gêne pas, de son côté. Ahem. Tu essayes tout de même de ne pas laisser ton regard s'attarder trop longtemps sur son soutien-gorge d'un noir tranchant avec la pâleur de sa peau, à la limite de la provocation. Mais tu as du mal, surtout qu'elle te montre quelque chose sous son sein gauche. Une cicatrice. Cela fait tilt dans ta tête. Lyokha a exactement la même, au même endroit. Enfin, s'il avait la même poitrine, évidemment. Ne laisse pas ton esprit dévier, jeune homme. Tu observes la cicatrice, sans te soucier la moindre seconde du fait que ton regard se fait réellement insistant sur sa poitrine. Pour quoi passes-tu encore ? Oh, on va éviter de te le dire, histoire de ne pas trop te froisser. Si tu ne la crois toujours pas, il y en a d'autres ? Tu arques un sourcil, t'arrachant enfin à cette cicatrice, la regardant. C'est... Étrange. Perturbant. Et pourtant tu commences à y croire. Tu la laisses se détourner. Tu la regardes te tourner le dos. Tu te mordilles la lèvre. Oui, non ? Tu ne sais pas... C'est un événement imprévu qui te fait finalement agir. Quelqu'un passe dans le couloir. Enfin, quelqu'un... Un petit groupe de jeunes. Certains sifflent en voyant la demoiselle dans le corridor. Tu fronces les sourcils. Si c'est vraiment Lyokha... Tu attrapes la blondinet et, la tirant à toi devant tout le monde, l'embrasses à pleine bouche. Non mais. S'ils pensent pouvoir la siffler impunément, ils se trompent lourdement. Glissant une main sur sa taille, tu l'entraînes avec toi jusqu'à l'intérieur de ton appartement et claque la porte derrière toi, sous un ahurissement général. Tant pis. Tu la relâches enfin, la regardant attentivement...

-Lyo ? Comment est-ce que...

Tu la regardes. Tes doigts glissent sur ses joues, dans ses cheveux... Ce sont les mêmes sensations que tu as avec lui. Elle t'embrasses comme il le fait, même si ce n'est pas à 100 % la même chose étant donné ses nouveaux... Attributs. Mais, petit à petit, tu te laisses convaincre. C'est le même regard. La même cicatrice. La même manière de bouder quoi qu'un peu plus féminine. Quelques mimiques, la manière de parler. Oui, c'est possible, même si tu ne te l'expliques pas. Comment a-t-il pu se retrouver dans le corps d'une femme ? Magie ? Tu ne vois qu'une telle explication mais pourquoi ? Tu l'observes, ton regard se pose un peu partout sur son corps... Et soudain, sans prévenir, un léger rire t'échappe.

-Plus sérieusement... C'est quoi cette tenue, princesse ? Tu aurais pu choisir une robe longue, fendue sur le côté, cela aurait fait plus élégant et pas...

Tu ne finis pas ta phrase. À voir ton regard, la suite est facile à deviner : prostituée. Tu n'as juste pas dit le terme, parce que tu sais que c'est un sujet sensible chez lui. Mais bon sang, qu'est-ce que tu as envie de te moquer de lui... Ou d'elle, là tu ne sais plus exactement comment le ou la qualifier. Tu ne peux t'empêcher de rire, sérieusement. Tu te demandes même si tu ne vas juste pas aller te laisser tomber dans le canapé avant de t'écrouler de rire. Tu es vraiment... Même si tu as peur de la vexer, même si tu sais que tu devrais réagir d'une autre manière, c'est si surprenant, c'est si drôle que tu es obligé de venir l'enlacer par-derrière, essayant d'étouffer ton rire dans ses magnifiques boucles blondes.

-Pardonne-moi, Epraviska... Mais tu es tellement... Tentatrice dans cette tenue... Que j'ai du mal à me concentrer... Es-tu passée pour une raison particulière ou juste pour me montrer ce changement ?

Non, décidément, tu ne te penses pas capable d'être sérieux. Pas avec un Lyokha version bombasse.

_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Theodore Volkov
♆ tell me, would you kill...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Vampire (de Samael).
♆ âge : 1143 ans (et fou amoureux de Samael).
♆ métier : Fouteur de m**** (et amant de Samael à plein temps).
♆ célébrité : H. Christensen
♆ crédits : awake.
♆ messages : 515

♆ tell me, would you kill...


MessageSujet: Re: give me everything tonight. (mae)   Mer 5 Mar - 22:39

Sérieux, son regard sur toi, c'est limite flippant. Si t'étais pas son petit-ami – ou plutôt petite-amie – tu prendrais sûrement la fuite en courant. Ou peut-être pas en fait... Hm, curieux dilemme. Toujours est-il qu'il a l'air d'un sacré pervers, à te mater comme il le fait. Non mais ça va oui, il a besoin d'aide ? Bon, certes, il faut avouer que c'est un peu de ta faute aussi. C'est toi qui as ouvert ton chemisier, toi qui lui a presque trop facilement présenté ta poitrine. T'aurais dû garder ça pour plus tard voyons, histoire de l'embêter un peu. Enfin, tu lui feras payer ça plus tard, qu'il profite du spectacle, il ne va pas durer éternellement. Et de toute façon, il ne semble pas réagir plus que ça. Quoi, il n'a toujours pas le déclic ? Super, tu as juste montré ce que tu avais sous ton chemisier pour rien alors. Tss. Sale gamin. Il s'est bien rincé l’œil tu espères, parce que c'est pas près de se reproduire. Enfin, si c'est ainsi, tu ne vas pas le retenir plus longtemps, qu'il retourne vaquer à ses occupations, toi, tu vas aller faire la fête avec les petits jeunes de l'Atlantide. Hinhin, bon plan. Et après c'est Samael le pervers ? Non mais sérieusement, vous partez carrément en live tous les deux là... Enfin, puisqu'il ne réagit pas plus qu'un adolescent devant une fille en bikini, tu ne vois pas l'intérêt de t'attarder ici, alors tu t'éloignes de l'appartement. Mais un petit groupe de jeunes passent. Ces mêmes jeunes que tu menaçais d'aller retrouver, s'il ne te gardait pas pour lui. Alors tant qu'à jouer dans la provocation, alors qu'ils te sifflent, tu leur fais un bref clin d'oeil. Autant en profiter ; personne ne sait qui tu es vraiment. Sauf que contre toute attente, Tudor réagit. Il t'attrape, t'attirant à lui, et te roule un patin monumental. Pour peu, tu serais perturbée, mais pas tant que ça en fait, puisque tu glisses tes mains sur sa nuque, et tu réponds à son baiser aussi sauvagement qu'il l'a suggéré. Les jeunes semblent choqués, ou alors ils se font des idées, ou tu ne sais trop quoi, et de toute façon, Samael t'entraîne dans son appartement. HINHIN, petit coquin. C'est ça, tu connais déjà la sortie, Lyokha. En attendant, tu n'as pas vraiment envie de lâcher ses lèvres, au contraire, ça ne te dérangerait pas de... Mais il se recule un peu, et si tu suis le mouvement autant que possible, tu es bien obligée de le lâcher passé un moment. « Lyo ? Comment est-ce que... » Tu hausses un peu les épaules, te mordant la lèvre. « Je sais pas, mais bon sang, j'aime quand t'es possessif comme ça. » Voilà ce qui t'échappe, sur un ton plutôt sulfureux. Okay, à nouveau, tu sais où est la porte. Mais tu n'es pas vraiment toi ce soir, alors autant en profiter un peu non ? Tu ne sais pas combien de temps cette histoire va durer, mais pour l'instant, ça te plaît bien comme affaire. Non, tu n'as pas dit que tu préférais être une femme, loin de là... Mais pour l'instant, c'est assez marrant. Il glisse ses doigts sur ton visage, dans tes cheveux, et ton sourire s'étire un peu plus. Ah, c'est bizarre hein, de toucher une femme alors qu'il est casé avec un homme. Toi, ça t'amuse plutôt qu'autre chose, et tu le dévores littéralement du regard. Bon sang, t'as vraiment chopé des attitudes de femme là... Il te reluque – pour changer un peu – et se met finalement à rire. Tu arques brièvement un sourcil, te demandant ce qu'il y a de si drôle. « Plus sérieusement... C'est quoi cette tenue, princesse ? Tu aurais pu choisir une robe longue, fendue sur le côté, cela aurait fait plus élégant et pas... » Et finalement, tu fronces les sourcils, faisant la moue. Sérieusement ? Une prostituée ? Pas besoin qu'il le dise pour que tu le comprennes, et tu viens le gifler mollement. Il est méchant avec toi, vraiment. C'est ce que tu es à ses yeux ? Une fille de joie ? Très bien, tu notes mentalement dans un coin de ton esprit. Si monsieur est casé, alors il n'y a pas de raison qu'il pose ses mains sur une fille comme toi, pas vrai ? Il va vite regretter ses mots, mais en attendant. « C'est bon, insiste pas, je sais que tu aimerais me voir sans aucun de ces vêtements... Mais franchement, si c'est ce que tu penses de moi chéri, je pense que je vais disparaître de ta vue avant de trop te choquer, hm ? Et puis, tu iras dire ça à Lucky, hein... » Ohoh, tu en rigolerais bien, s'il allait lui dire qu'elle t'avait habillée comme une... Enfin, comme telle quoi. Lucky et la mode, c'est une seule entité. Remettre en question ses goûts, c'est risquer de perdre sa tête. Et très honnêtement, si ta tenue est assez légère, elle n'est pas vulgaire. C'est juste... que ça correspond à cette saison qu'est l'été. Il voulait quoi, que tu mettes un col roulé et une jupe en laine de trois mètres de long ? Enfin, voilà qu'il rigole de plus belle. Décidément... Il se moque de toi ou bien ? C'est ça, qu'il continue. Qu'il rigole. Rira bien qui rira le dernier, et tu es bien décidée à lui faire payer ses remarques un peu piquantes. Il t'enlace par derrière et tu le laisses faire, tandis que tu sens son souffle contre tes cheveux parfaitement coiffés. N'empêche, il peut dire ce qu'il veut, depuis que tu es là, il n'arrête pas de te coller, de te toucher. Alors la prostituée, on dirait qu'il l'aime plutôt bien au final, hm ? « Pardonne-moi, Epraviska... Mais tu es tellement... Tentatrice dans cette tenue... Que j'ai du mal à me concentrer... Es-tu passée pour une raison particulière ou juste pour me montrer ce changement ? » Epraviska... Hé bien, voilà qui faisait longtemps. Tentatrice ? Ton sourire provocateur s'étire un peu plus encore. Alors monsieur à du mal à se concentrer... Tu en serais presque flattée. À nouveau tu arques un sourcil en entendant sa question. Et en fait, tu te tournes vers lui, glissant doucement une main contre son torse. Ta main remonte lentement, alors que tu finis par plonger ton regard azuréen dans le sien. « Oui, c'est ça, je suis venue juste pour te montrer ce changement. Mais si ce n'est pas raison suffisante pour monsieur, je peux tout à fait repartir, sais-tu... » Fais-tu, venant frôler ses lèvres. Et puis, tu t'appuies un peu sur ton torse, le repoussant sans qu'il n'ait le temps de toucher tes lèvres. Il a voulu jouer, il va voir qui est le plus fort au jeu de la tentation. Tu parcours brièvement la pièce dans laquelle vous êtes, regardant autour de toi. Et tu reprends la parole. « En réalité, j'étais venue pour te tirer de ton boulot, je voulais sortir avec toi à l'Atlantide, en boîte... » à voir le regard qu'il porte sur toi, il approuve peu ta proposition. Ce n'est pas comme si tu en avais quelque chose à faire, en réalité. Tu hausses un sourcil, croisant un peu les bras sur ta poitrine. Quoi ? Qu'est-ce que monsieur a encore à dire ? Il veut te garder en captivité maintenant ? Oh, il n'a pas l'idée de l'enfer que tu vas lui faire vivre si c'est le cas. Toujours est-il qu'un soupir s'échappe d'entre tes lèvres, quand tu le regardes. Quoi encore ? « Tu ne sors pas comme ça. » Quoi ? Pardon ? Tu éclates de rire en fait, plissant un peu les yeux. Il est sérieux ? Il croit qu'il peut te dire ce que tu as le droit de faire ou non ? Ou alors, c'est que monsieur sera particulièrement jaloux, si d'autres garçons ont le malheur de te regarder... Voilà qui promet d'être marrant, pour te venger un peu. Tu essayes de calmer ton rire, et tu y parviens au bout de quelques longues secondes. « Quoi, sérieusement ? Oui, papa. » Fais-tu finalement, manquant de rire à nouveau. C'est dur en fait de te retenir, devant la tronche qu'il tire. Non mais, s'il a cru qu'il pouvait te contrôler, qu'il s'enfonce le doigt dans l’œil jusqu'au coude. Il est fou, le pauvre. Tu reviens doucement vers lui, glissant ton index sur la courbe de son visage, ton autre main jouant un peu avec ses cheveux. Tu gardes tes distances un minimum, veillant soigneusement à ce qu'il ne t'embrasse pas... Oui oui, tu comptes bien le rendre fou. En attendant, tes deux mains passent sur sa nuque, le long de son torse, son abdomen.. Avant de s'arrêter sur le bord de son pantalon, sur lequel tu tires un peu. « Dommage tu vois, je n'ai pas d'autre tenue sur moi, maintenant, si tu as honte de te balader avec moi, hé bien, je crois que tu devrais rester ici... Tu sais que c'est dur pour un garçon, s'il n'a pas au moins une amie avec lui, pour rentrer en boîte ? » Tu soupires un peu, ton souffle s'apposant contre ses lèvres. « Maintenant, si tu ne veux pas venir, reste ici, moi, je compte bien aller m'éclater ! » Un large sourire se dessine sur ta bouche à nouveau, et une fois de plus, c'est pétillante que tu t'éloignes de lui, t'approchant de la porte. Oui, tu comptes bien y aller, qu'il le veuille ou pas. Tu lui souffles un baiser, et tu sors sur le palier. Et c'est avec joie que tu constates qu'il t'accompagne. Comme quoi, tu gagnes toujours. Surtout avec tes nouveaux atouts, qu'il rêve de toucher, qu'il avoue un peu. Enfin, chaque chose en son temps – oui, tu sais où est la sortie. Vous sortez du bâtiment, vous vous éloignez un peu dans l'Atlantide, avant d'arriver dans une des boîtes les plus branchées de la zone. C'est sans te poser plus de question que tu le tires par le bras, l'entraînant dans une file d'attente déjà longue de quelques mètres. Bien, il semblerait que vous ayez du temps à tuer dans cette file, alors tu le détailles un peu. « Au passage, je voulais te féliciter, parce que pendant un instant, j'ai bien cru que tu allais craquer pour moi sans même savoir qui j'étais. » Tu lui offres un large sourire, et taquine, tu l'embrasses sur la joue, lui laissant au passage une belle trace de rouge à lèvres. « Et tant que j'y suis, si tu me reluques, fais-le plus discrètement, tu passes carrément pour un gros pervers, mon chou. » Fais-tu, accompagné d'un joli clin d'oeil à son attention. Les gens s’agitent un peu dans la file, ça parle, ça discute. Mais même si on te regard, toi, tu n'as d'yeux que pour lui. Ton petit pervers d'amour.

_________________

- I LOVED YOU SO MUCH, AND NOW IT HURTS SO BAD -
falling out of love is hard, falling for betrayal is worse, broken trust and broken hearts, i know. and now when all is done there is nothing to say, all we had is gone. tell them I was happy, and my heart is broken, all my scars are open, tell them what i hoped would be impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ramiel A.D. Tudor
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1190

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: give me everything tonight. (mae)   Jeu 6 Mar - 15:10

Pourquoi avoir réagi aussi vivement ? Pourquoi l'avoir embrassée d'une manière aussi... Sauvage ? Tu ne sais pas trop. Peut-être parce que penser que cette magnifique demoiselle puisse être Lyo et qu'il se fasse siffler par quelqu'un d'autre que toi te perturbait. Tu n'est pas encore convaincu à 100 % mais dans le doute, autant la garder auprès de toi, le temps de confirmer ou d'infirmer ses paroles. De toute manière, elle n'a pas l'air de se plaindre de ta réaction étant donné que ses mains glissent sur ta nuque alors que tu la rapproches de toi, tes mains se déposant sur sa taille. Elle répond même à ton baiser, d'une manière tout aussi... "Sauvage" que la tienne. Miam... Tu n'en as rien à faire de choquer les autres jeunes, tu l'entraînes juste avec toi dans ton appartement. Qu'ils aillent regarder ailleurs, tu as quelque chose à régler avec la demoiselle et ils n'ont pas à s'en mêler. Il n'empêche, cette manière de te répondre, cette manière de glisser ses doigts sur ta peau, dont les tiens glissent dans ses cheveux, c'est comme si tu l'avais vraiment devant toi, lui. Alors tu commences à y croire, un peu.

Une question t'échappes tout de même. Comme toujours. Même à l'article de la mort, tu serais capable de poser des questions. Alors comme toujours, tu en poses une même si tu ne la finis pas. Comment ? Elle hausse un peu les épaules, tu fixes ses lèvres... Elle, il ne sait pas ? Minute. Quoi ? Elle aime quand tu es possessif comme tu l'as été ? Tu écarquilles un peu les yeux avant de purement et simplement éclater de rire. Possessif, mais bien sûr. Tu n'es pas possessif. Enfin... Pas en temps normal. Mais dans le doute, tu as juste voulu la garder auprès de toi, le temps de mettre cette histoire au clair. Tu la crois, même si c'est relativement inconcevable. Alors tu l'embrasses à nouveau, étant donné qu'elle ne voulait pas te laisser t'échapper. Tu l'embrasses avec passion, déposant tes mains sur sa taille, la rapprochant à nouveau de toi. Si elle/il aime quand tu es possessif, alors voilà qui devrait lui plaire étant donné que vous vous retrouvez collés l'un à l'autre et que tu ne comptes pas la lâcher de sitôt. Du moins, pas jusqu'à manquer d'air. Alors, au final, il faut bien que tu te résolves à la lâcher, enfin. C'est à cet instant que tu te mets à nouveau à rire. Pas pour ses propos ni ses réactions, mais pour sa tenue. Et cette moue qui s'affiche sur son visage... Tu as bien du mal à ne pas rire d'autant plus, tellement de mal que tu la laisses te gifler sans réagir le moins du monde. L'aurais-tu vexée ? Apparemment. Oooh, serais-ce donc Lucky qui l'a habillée ? Voilà qui explique tout. Mais cela ne te calme pas vraiment. Tu fais tout de même un effort pour cesser de rire...

-Pardonne-moi, Darling, mais j'ai tellement l'habitude te de voir habillée... Autrement que le changement m'amuse beaucoup. Je t'aurais plus facilement vue dans une tenue plus... Rock. Ou sans rien sur le dos aussi, comme tu l'as proposé, je l'avoue...

Ton sourire amusé n'a pas une seule seconde quitté tes lèvres. Tu n'as pas peur de Lucky, tu dirais bien à la vampire que ce n'est pas tellement le genre de tenues que tu vois pour l’alter-ego féminin de ton homme, que tu as sous les yeux. Enfin, tant pis, tu n'y changeras plus grand chose à présent. Tu viens plutôt l'enlacer par-derrière, essayant d'étouffer ton rire dans ses boucles blondes. Hum, tu aimes sentir ses cheveux chatouiller ton visage... Tu essayes de te calmer, de comprendre la raison de sa venue, d'expliquer ton comportement. Tu es tellement surpris de retrouver Lyokha dans le corps d'une femme, un corps magnifique soit dit au passage, que tu ne sais plus exactement comment réagir. Elle est superbe et tu as du mal à remettre tes idées en place. Enfin, tu devrais rapidement t'y faire. Tu espères. Tu la laisses se tourner vers toi, entre tes bras, tu regardes plutôt son sourire provocateur... Ses mains sur ton torse t'électrifient alors que tu fais un effort pour plonger ton regard au fond du sien... Oui, elle n'est venue que pour te montrer son changement de corps ? Tu secoues un peu la tête, cessant enfin de rire mais sans perdre ton sourire pour autant.

-J'aurais plutôt pensé que tu aurais eu un peu honte de sortir sous cette apparence, toi qui te plains toujours quand je te surnomme princesse...

Elle frôle tes lèvres, elle te tente... Tu avances un peu la tête, dans l'objectif de t'emparer de ses lèvres, mais elle appuie sur ton torse, te repoussant. Mais... Tu fais légèrement la moue. À quoi joue-t-elle ? En réalité, elle était venue pour te tirer de ton boulot, pour t'entraîner avec elle en boîte ? Tu lèves les yeux au plafond. Oui, en effet, c'est du Lyokha tout craché : venir te déranger alors que tu travailles. Tu n'as que rarement le temps de t'amuser, plus encore quand tu descends au cœur de l'Atlantide, il le sait bien. Cet appartement est ta base, même s'il ignore ce que tu y fais exactement. Tu ne peux tout lui expliquer, et ce secret n'a aucune influence sur votre relation, alors tu ne te sens pas obligé de lui expliquer quel est cet endroit. Une petite seconde. Sortir en boîte avec toi, dans cette tenue ? Il n'a pas un peu peur de se faire mater par tous les hommes que vous croiserez ? Toi, tu sens que c'est ce qui va se passer. Et connaissant le vocabulaire parfois peu distingué des personnes que vous croisez dans les boîtes de nuit, tu ne penses pas que ce soit une bonne idée. Pas si elle ne met pas quelque chose de plus sur son dos. Tu le lui fais d'ailleurs remarquer : elle ne sort pas habillée ainsi. Ta remarque la fait éclater de rire. Quoi ? Tu arques un sourcil. Qu'as-tu dit de si drôle ? Tu n'en as pas la moindre idée.

Oui papa ? Tu fronces les sourcils, légèrement vexé. Non, pas papa mais petit-ami. Non mais. Tu as tout a fait le droit de faire une remarque sur la tenue de la personne avec qui tu sors. Vexé, tu détournes le regard et t'éloignes un peu, te rapprochant de la fenêtre. Pourtant, elle te rejoint rapidement. Tu sens un doigt dessiner la courbe de ton visage tandis que son autre main glisse dans tes cheveux... Tu frissonnes et portes à nouveau ton regard sur elle, dans ce cas. Décidément, tu as du mal à résister... Le vampire est agaçant en temps normal mais sa version féminine semble l'égaler, voir le dépasser. Agaçant et tentateur... Elle veut te rendre dingue, en te frôlant de cette manière, en laissant ses mains glisser sur ton corps ? Très bien, tu entres dans le jeu... Et tu n'es pas sûr de perdre cette partie. Tu la laisses parler, t'expliquer qu'elle n'a pas d'autre tenue. Tu dois en avoir quelques unes de ta sœur, quelque part, mais tu te gardes bien de le lui dire. Honte ? De quoi, de te balader avec elle ? Non, ce n'est qu'un doute sur la manière dont tu vas réagir, si on la siffle devant toi. Son souffle sur tes lèvres, ses mains que tu sens à travers tes vêtements... Bon sang, et ce sourire... Comment lui résister hein ? Tu ne sais pas. Tu ne cherches pas tellement non plus, et tant pis si tu passes pour un pervers à détailler tous ses mouvements si... Parfaits et attirants.

-Puisque tu ne me laisses pas le choix... Mademoiselle accepte-t-elle de me laisser le temps d'enfiler une veste afin d'avoir autre chose sur le dos que ce qu'il a actuellement ?

Rester en débardeur ne te poserait pas plus de problèmes que cela, mais enfiler une veste fait tellement plus classe que tu prends tout de même le temps d'en attraper une et de la mettre. Une de tes mains glisse dans tes cheveux, les décoiffant/recoiffant à ta manière, puis tu la rejoins sur le palier, fermant la porte derrière toi. Et ton travail alors ? Au diable, tu doutes qu'une telle situation se reproduise un jour, tu peux bien en profiter. Même si tu sens qu'elle va te faire tourner en bourrique. Vous sortez du bâtiment, vous gagnez les rues et tu ne peux t'empêcher, de temps en temps, de l'observer à nouveau. Parce que voir Lyokha en mode bombe atomique féminine est encore étrange pour toi, parce que tu as du mal à te faire à cette idée, parce qu'elle a un corps magnifique et que tu rêverais de lui retirer ses vêtements... Heu... Samael, tu sors. Loin. Tu la laisses te tirer par le bras et t'entraîner dans la file d'attente d'une des boîtes les plus branchées de la zone. Tu la détailles, tu ne la lâches pas une seule seconde du regard. Tu ne dis pas un mot, jusqu'à ce qu'elle reprenne la parole. Te féliciter, parce que tu l'as repoussée au départ ? Tu souris, sincèrement, une lueur amusée faisant son apparition au fond de tes prunelles.

-Je suis fidèle à une certaine personne nommée Lyokha, l'aurais-tu oublié ? souffles-tu.

Tes mots se déposent sur tes lèvres tandis que tu te rapproches d'elle, sans toutefois la toucher. C'est plutôt elle qui vient déposer un baiser sur ta joue. Hum, tu sens que son rouge à lèvres t'a laissé une marque. Tant pis, tu la laisses là où elle est. Te faire plus discret en la "reluquant" ? Tu souris un peu plus et l'attrape par la taille, venant la coller à toi. Si elle veut jouer, elle va être servie...

-Peut-être, mais avoue... Tu aimes quand je te regarde ainsi, chérie.

Cela dit, tu la relâches, la laissant remettre une distance convenable entre vous. Qu'elle ose dire le contraire, tu ne la croiras pas. Il n'y a qu'à voir la manière dont elle te regarde, dont elle te fait tous ces clins d’œil. Il faudrait peut-être que tu lui fasses remarquer que tu n'es pas habitué à tous ces charmants petits surnoms qu'elle te donne. Mais puisqu'il faut entrer dans le jeu, tu le fais avec plaisir avec tes propres surnoms, que tu ressors bien plus facilement. Tu aurais volontiers passé une nuit en privé avec elle mais puisqu'elle veut s'amuser... Tu peux bien lui faire ce plaisir. Le regard des autres posé sur elle te dérange mais tu fais de ton mieux pour les ignorer. Tu y parviens d'ailleurs relativement bien, puisque c'est toi qu'elle regarde. Mais quelque chose vient changer la donne. Quelque chose... Ou quelqu'un. Un autre groupe de jeune, arrivant juste derrière vous. Des jeunes qui parlent fort.

-Oh, regardez, Tudor est sorti de son palais pour se trouver une put* !

Bug. Une pute ? Lyokha ? Tu ne tournes pas la tête, observant plutôt la réaction de la demoiselle... Qui réagit quasi-instantanément en envoyant son poing dans la figure de celui qui vient de parler. Tu hésites entre grimacer et sourire. L'autre l'a cherché, il n'avait pas à tenir ce genre de propos. Mais tu ne peux pas non plus laisser ta petite amie faire n'importe quoi. Tandis que tu hésites, l'autre recule, vous regardant alternativement l'un et l'autre.

-Ouah, en plus elle est sauvage la minette.

Ok... Tu laisses Lyokha l'insulter de tous les nom possibles et le frapper, à nouveau. Non non, tu ne comptes pas intervenir. Enfin... Uniquement à ta manière, et celle-ci risque de se révéler un peu particulière. Tu laisses la blonde se défouler comme elle veut, empêchant plutôt les autres membres du groupe de prendre part à la bagarre. Et, lorsque tu décrètes que l'autre a son compte, tu les sépares, posant un doigt sur les lèvres de ta princesse. Tututut, interdiction de dire n'importe quoi, interdiction d'aller trop loin. Mais elle te connaît. Elle doit pouvoir comprendre ce que signifie cette flamme au fond de ton regard. Tu es énervé et tu as un plan en tête. Qu'elle te laisse faire. Qu'elle continue à l'insulter si cela peut la défouler, mais qu'elle le laisse se charger du reste. Le jeune homme à terre se relève, essuyant d'une main le sang qui coule de sa lèvre.

-Tu devrais les choisir moins sauvages, Tudor.
-Mêle-toi de tes affaires, ce serait préférable. Oh, tant que j'y pense. La prochaine fois que tu as une remarque ou ne serais-ce qu'un regard déplacé sur elle...


Sans prévenir, tu lui envoies ton poing gauche dans le nez. Celui-ci craque sous ton poing et lorsque tu ramènes ta main à toi, le sang coule de ses narines. Tu es d'un calme terrifiant. Tu es Samael Tudor, tel que certaines personnes te connaissent. Cette manière dont tu appuies tes propos est toute particulière et redoutée par ceux qui ne te connaissent pas personnellement. Une chance que tu sois rarement énervé.

-Que je ne te voie plus à moins de cent mètres de ma fiancée.

Et toc. Maintenant, sans prévenir, tu viens embrasser ta blonde petite amie de la manière la plus passionnée qui soit. Peu importe ce qu'on va penser de toi, peu importe ce que les mauvaises langues vont inventer. Lyokha est ton homme, cette demoiselle est ta femme. Il n'y a rien de plus à dire. Et sans plus te soucier des autres, une de tes mains se pose sur ses fesses alors que l'autre glisse sous son chemisier, parcourant d'une manière sulfureuse la peau de son dos. Le baiser est long, passionné, sauvage, tout ce qu'on voudra. Tu fermes les yeux, tant pis si elle ne voulait pas t'embrasser, toi tu as voulu. Et puis, il fallait bien que tu leur rabattes le caquet à ces jeunes. Lorsqu'il te faut respirer, tu te recules à contre-cœur et te rends enfin compte que vous pouvez avancer de quelques mètres. Tes lèvres s'étirent en un sourire charmeur...

-Mademoiselle ma fiancée est-elle toujours aussi déterminée à passer la nuit en boîte ou a-t-elle d'autres projets en tête ?

N'importe quoi. Non, vraiment... N'importe quoi. Mais s'il faut jouer le jeu... Un jeu dans lequel tu risques de te perdre, un jeu dont tu ne saisis pas encore très bien les règles... Tant pis. Vous n'allez pas tarder à entrer dans la boîte alors tu l'attires tout bonnement contre toi, laissant une main sur sa taille, comme pour rappeler que vous êtes ensembles. Dire que tu ne te serais jamais affiché ainsi avec lui en temps normal... Après tu ne t'étonnerais pas qu'il te fasse une crise de jalousie, plus tard.

_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Theodore Volkov
♆ tell me, would you kill...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Vampire (de Samael).
♆ âge : 1143 ans (et fou amoureux de Samael).
♆ métier : Fouteur de m**** (et amant de Samael à plein temps).
♆ célébrité : H. Christensen
♆ crédits : awake.
♆ messages : 515

♆ tell me, would you kill...


MessageSujet: Re: give me everything tonight. (mae)   Jeu 6 Mar - 20:26

« Pardonne-moi, Darling, mais j'ai tellement l'habitude te de voir habillée... Autrement que le changement m'amuse beaucoup. Je t'aurais plus facilement vue dans une tenue plus... Rock. Ou sans rien sur le dos aussi, comme tu l'as proposé, je l'avoue... » Tu arques brièvement un sourcil. Habillée autrement oui. Oui, toi aussi, tu as l'habitude de te voir autrement. À vrai dire, tu as aussi l'habitude d'avoir le torse plat, les cheveux courts, et de porter des fringues au moins quelques tailles au-dessus de ce que tu portes actuellement. De ne pas être perchée sur de hauts talons, ou maquillée comme un mannequin qui s'apprête à défiler. Sérieusement, il pense que tu es plus habitué que lui ? Tu serais un transsexuel, pourquoi pas, mais pour le coup, non, tu n'es certainement pas le genre de type qui se tape de drôles de délires et s'habille avec des vêtements de diva ou de danseuse de cabaret. Enfin, tu te contentes de sourire, te tournant à nouveau vers lui. Si tu es habillée comme ça, c'est à cause de Lucky, tu n'as pas eu le choix. Alors s'il a une plainte à porter, des questions à poser, ou des réclamations, c'est à la demoiselle qu'il faudra s'adresser, pas à toi qui ne fais que porter ce qu'elle t'a donnée. Enfin, il n'a pas l'air d'avoir vraiment peur d'elle. Tu aimerais lui dire qu'il devrait, qu'elle lui jetterait la foudre s'il venait dire quoi que ce soit. Mais en fait, ce serait tellement plus marrant de le voir en direct que tu t'abstiens de tout commentaire supplémentaire. En attendant, tu joues un peu avec lui, avec ses nerfs. Sur la carte de la tentation, de la provocation comme toujours ; ton alter-ego féminin est aussi bien que toi, si ce n'est pire, à ce petit jeu. Alors tu frôles tes lèvres, tu recules un peu, tu t'avances, tu laisses tes mains se balader contre son corps... C'est assez amusant, de le faire languir comme tu le fais. Tu sais qu'il est plutôt rodé à l'exercice, mais pour le coup, tu as quelques atouts en plus qui ne sont pas négligeables... « J'aurais plutôt pensé que tu aurais eu un peu honte de sortir sous cette apparence, toi qui te plains toujours quand je te surnomme princesse... » Tu arques un sourcil, avant de simplement le repousser, te détournant de lui. Tu ne le lâches pas du regard non, tu hausses brièvement les épaules, alors qu'une de tes mains glisse sur les meubles, effleurant les surfaces du bout des doigts. « En fait, je voulais juste te donner une raison valable de le faire, au moins une fois... » Ton sourire ne ternit pas, au contraire, il s'élargit un peu plus encore. Enfin, sa première question ; pourquoi es-tu là. Tu te décides enfin à lui dire la vérité. Tout ce que tu voulais, c'était le sortir d'ici un peu. Il bosse sans cesse, presque tout le temps, si bien que des fois, tu te sens un peu seule dans ton lit. Alors ce soir, il ne peut pas dire non. En plus, avec ce changement... Il ne peut définitivement pas faire non. Et quand bien même, homme ou femme, tu ne lui aurais pas laissé le choix. Il a cet appartement à l'Atlantide, et il ne profite même pas de l'Atlantide elle-même, c'est assez décevant de sa part. Peu importe combien de travail il lui reste ce soir, tu le sors d'ici.  Il ne pourra pas dire non de toute façon, tu es devenue bien convaincante depuis quelques heures, et puis, tu sais particulièrement bien sur quels arguments jouer, pour qu'il te suive sans rechigner. Notamment celui qu'il y a bien d'autres garçons en boîte. Dont plus de la moitié sont célibataires, et... Pas besoin d'aller plus loin, vous avez compris l'idée. Toujours est-il que, monsieur ne peut refuser. Et on dirait même qu'il est parti pour accepter, même s'il te fait une remarque sur ta tenue, ce qui te fait rire plutôt qu'autre chose. Si ça le dérange, il pourra se tenir loin de toi. Et comme tu le dis si sarcastiquement 'oui papa'. Non mais, comme s'il avait le droit de dire quoi que ce soit sur ta manière de t'habiller. Et tu ne le répéteras pas une fois de plus, mais c'est Lucky qui t'a préparée, d'abord. Le pauvre chou, il semble un peu vexé. Alors tu ne tardes pas à le rejoindre, venant l'embêter un peu plus encore, en multipliant vos contacts. Oui, tu es plutôt tactile, tu l'as toujours été avec lui, et ce n'est pas près de changer... Et on dirait bien que le moindre de tes mouvements le captive. Bah alors, monsieur a donné sa langue au chat ? « Puisque tu ne me laisses pas le choix... Mademoiselle accepte-t-elle de me laisser le temps d'enfiler une veste afin d'avoir autre chose sur le dos que ce qu'il a actuellement ? » Un large sourire étire tes lèvres carmins, reflétant toute ta satisfaction. Enfin ! Enfin tu as réussi à le faire craquer. Tu t'en félicites silencieusement, allant plutôt l'attendre sur le pas de la porte, le temps qu'il attrape sa veste. Tu as envie de sautiller sur place sans trop savoir pourquoi. Et tu t'abstiens, parce que c'est pas vraiment toi, d'agir comme ça.

Les rues de l'Atlantide. Enfin, tu as réussi à le tirer hors de son appartement. Une nouvelle fois, tu es fière de toi, mais tu n'en dis rien. Ton regard croise le sien à certains moments, tandis qu'à d'autres, tu as l'impression qu'il t'épie. Et il le fait si peu discrètement, vraiment.... C'est amusant d'un côté, et tu ne peux réprimer un large sourire. Allons bon, qui aurait cru que monsieur Lyokha Volkov se plaise à se pavaner dans le corps d'une demoiselle, hm ? Toi-même tu n'en reviens pas. Enfin, toujours est-il que vous arrivez devant une grande boîte de nuit de Spes, et vous vous ajoutez rapidement à la file d'attente. Bon sang, il t'attire irrésistiblement. En fait, vous auriez peut-être dû rester à l'appartement pour... Non mais la boîte c'est très bien aussi. Et puis tu voulais danser, pas vrai ? Tu voulais t'amuser un peu. Enfin, en attendant que la file avance, tu reprends la parole, sur un point que tu voulais lui faire remarquer. « Je suis fidèle à une certaine personne nommée Lyokha, l'aurais-tu oublié ? » Ton sourire s'élargit un peu plus encore, et tu penches la tête, plutôt heureuse de le constater. D'un côté, s'il t'avait répondu sans même être sûr de qui tu étais, tu lui en aurais sûrement mis une sans même qu'il comprenne ce qui se passait. Tu te contentes de hocher très légèrement la tête, alors qu'il frôle tes lèvres. C'est qu'il est plutôt joueur ce soir, et tu en es plus que ravie... Il est tellement plus amusant quand il rentre dans ton jeu, quand il te tient tête. Et d'ailleurs, monsieur t'attrape carrément par la taille, t'attirant à lui. Tu te mords la lèvre, sentant qu'il est là, contre toi. C'est curieux parce que... Tu n'as pas la carrure d'une femme d'ordinaire. Alors oui, ça te fait un peu étrange pour le coup, même si c'est loin d'être désagréable. Tu le dévores littéralement du regard, c'est qu'il est plutôt mignon, ce soir tout particulièrement, et... Tu t'égares, à nouveau. Mais il te ramène bien vite à la réalité. Ou alors, c'est qu'il mène drôlement bien ce rêve. « Peut-être, mais avoue... Tu aimes quand je te regarde ainsi, chérie. » Tu te mords presque violemment la lèvre, posant tes mains sur ses épaules. Et en fait, tu te contentes de venir souffler un discret « Peut-être. » à son oreille, avant de retrouver une distance un minimum convenable entre vos deux corps. Oh, ça ne tiendrait qu'à toi, tu ne le lâcherais pas. Mais tu veux le faire languir, un peu plus encore. Et puis, vous avancez d'un pas. Attendre à ses côtés ne t'embête pas le moins du monde, toi qui pourtant, n'est pas vraiment patiente. Ton regard plongé dans le sien, tu en oublies tout le reste pour un court instant. Bon sang, tu meurs d'envie de l'embrasser... Mais non, tu n'en fais rien, car souviens-toi de ton premier but ; jouer avec lui. Et si tu n'es pas capable de résister, alors c'est toi qui a perdu, d'avance.

Heureusement – ou malheureusement – un groupe de jeunes t'empêche de céder, arrivant bruyamment derrière vous. Normal, ils sont jeunes, ils veulent s'amuser, ils sont... « Oh, regardez, Tudor est sorti de son palais pour se trouver une put* ! » Qu'une bande de petits cons ! Tu fronces les sourcils, tournant ton regard vers celui qui vient de parler. Attends, tu as bien entendu ? Une pute ? C'est ce qu'il a dit ? Tu prends une mine un peu surprise, t'approchant légèrement de lui, avec un léger sourire pour orner tes lèvres. Alors ça. Ça, il va vraiment, amèrement, le regretter. Et sans plus attendre, tu lui envoies ton poing dans le visage, grimaçant légèrement. C'est que tes mains sont devenues particulièrement délicates, tu aurais peut-être dû y réfléchir à deux fois, avant de frapper ce type, non ? Enfin, tu te devais de le remettre en place, ce sale gamin. « Petit con. » Siffles-tu presque agressivement. Il recule, visiblement désorienté, avant de vous jauger, toi et Mae. Quoi ? Qu'est-ce qu'il veut encore ? « Ouah, en plus elle est sauvage la minette. » Tu écarquilles encore plus les yeux. Minute, quoi ? Il n'a pas assez dégusté ? Il en veut encore ? Tu l'insultes de tous les noms, le giflant cette fois. Il tourne légèrement la tête, mais n'en perd pas pour autant son sourire d'abruti. Alors c'est plus fort que toi, tu lui envoies ton genou gauche dans l'entre-jambe. Dans un gémissement plus que douloureux, il s'effondre par terre, en position fœtale. Ahah, ridicule ce type. « Connard. » Fais-tu finalement, reculant un peu. Non mais. C'est quoi ces jeunes ? Ils se pensent tout permis, vraiment. Tu secoues finalement la tête, le guettant. Il en veut plus, ou il a eu sa dose ? Tu as envie de lui faire passer l'envie de recommencer, mais Samael t'arrête, posant son index sur tes lèvres. Tu t'arrêtes presque immédiatement, à la fois surprise et intriguée... Et tu hoches légèrement la tête, le regardant plutôt faire. « Tu devrais les choisir moins sauvages, Tudor. » Non mais il en fait exprès ou bien ? Il n'a pas assez dégusté ? Il veut peut-être que tu le castres de manière définitive ? Tu boues sur place, mais tu demeures silencieuse, regardant plutôt Tudor faire. « Mêle-toi de tes affaires, ce serait préférable. Oh, tant que j'y pense. La prochaine fois que tu as une remarque ou ne serais-ce qu'un regard déplacé sur elle... » C'est qu'il est plutôt mignon, quand il te défend. Pour peu, tu y prendrais goût... Appuyée contre le mur, tu souris légèrement, observant la scène, alors qu'il frappe l'autre en plein visage. Hé bien, en plus de baver du sang, voilà qu'il le pisse par les narines. Tu te mords légèrement la lèvre, plissant un peu le nez. L'autre doit jongler. Et surtout regretter de s'en être pris à toi. « Que je ne te voie plus à moins de cent mètres de ma fiancée. » SA QUOI ? OMGOMGOMG. Sa fiancée. Il a bien dit sa fiancée. Tu n'as pas rêvé hein ? Il a dit sa fiancé. Tu es surprise, tu es choquée, tu en perdrais ta respiration pour peu. Mais pour éviter de griller Tudor, tu essayes de dissimuler ta surprise. Sa fiancée. HOLY COW. Sa fiancée. Tu n'en reviens pas non, et tu le fixes presque trop intensément. Tu restes trop choquée pour dire quoi que ce soit, et de toute façon, il revient vers toi et t'embrasse langoureusement. Tu es toujours aussi surprise, mais tu réponds à son baiser avec cette même passion, frissonnant quand tu sens ses doigts passer sous ton chemisier, venant au creux de ton dos, et son autre main se poser sur... Tes fesses. Tu écrases un sourire un peu espiègle contre ses lèvres, enroulant tes bras autour de son cou, alors qu'une de tes jambes remonte doucement le long d'une des siennes. Pour vous donner en spectacle, c'est réussi. Et vu le regard ébahi des jeunes, c'est doublement réussi. Tu te contentes de fermer les yeux, de profiter de cet instant plutôt...chaud. Il faut dire que vous ne pouvez pas vous comporter ainsi quand tu es... Toi. Alors tu en profites à fond pour le coup. Tu laisses avec plaisir tes doigts glisser dans ses cheveux, sur sa nuque... Bon sang, tu aimerais le déshabiller là, maintenant. Mais d'un côté, tu n'as pas trop envie de finir ta soirée au poste pour attentat à la pudeur. Alors tu te raisonnes, et de toute façon, il se recule un peu. Tu suis une fois de plus le mouvement, mais tu le laisses s'éloigner un peu, le relâchant. « Mademoiselle ma fiancée est-elle toujours aussi déterminée à passer la nuit en boîte ou a-t-elle d'autres projets en tête ? » Tu souris doucement, soufflant rapidement ta réponse contre ses lèvres. « Hm... Pour le coup, je t'aurais bien proposé de continuer cette petite soirée chez toi mais... Maintenant qu'on est là, et qu'on est sur le point de rentrer, je pense qu'on peut repousser ça à plus tard, non ? » Ton sourire est aussi taquin que joueur, et s'il veut rentrer dans ton petit jeu, alors ce soir, vous allez jouer comme jamais. Il te tient par la taille, et une fois de plus, tu le surprends à se montrer assez... Possessif. Et si ce n'est pas de la possessivité, c'est tout comme à tes yeux. Cette manière qu'il a de te garder près de lui. De montrer que vous êtes ensembles. Ça te fait sourire, plus que tout au monde.

Encore quelques minutes dehors, et vous entrez enfin dans le boîte. La musique résonne, les cocktails se succèdent sur le bar, alors que les barmans s'activent pour créer toujours plus, et toujours mieux. Le monde de la nuit. Tu y es tellement à l'aise, pour l'avoir tant fréquenté, ce monde que l'on pourrait juger de monde parallèle. Tu entraînes Samael à ta suite, vous approchant du comptoir pour commander quelque chose à boire. Tu le laisses choisir, tandis que toi, tu commandes le premier cocktail au nom un peu fou que l'on peut te proposer. Comme on dit ; qu'importe le flacon, tant qu'on en a l'ivresse. Peu de temps s'écoule avant que les deux verres ne soient posés sur la table. Tu attrapes rapidement le tien, en prenant une gorgée avant de le reposer. C'est soit dit en passant délicieux, et tu passes le bout de ta langue sur ta lèvre supérieure, n'en perdant pas une goutte. Tu reportes ton regard sur le brun, penchant un peu la tête sur le côté... Tu le regardes simplement ? On a plutôt l'impression que tu le dévores du regard. Mais ça, c'est ton affaire. Un léger soupir s'échappe d'entre tes lèvres, et tu reprends la parole. « Alors, tu vas rester assis sur ton tabouret toute la soirée, ou tu comptes m'accompagner sur la piste ? » à voir la tête qu'il tire, il ne compte pas bouger. Mais bon sang, qu'est-ce que ça lui coûterait d'essayer hein ? C'est danser pour s'éclater, danser pour oublier tout le reste ! Ce ne sont pas des danses de salon, non, c'est de la danse pour se défouler. Mais non. Monsieur n'aime pas danser, et tu l'as bien compris depuis le temps. Devant son manque d'enthousiasme et de réaction, tu te contentes de hausser les épaules. « Tu sais au moins qu'à notre mariage, t'auras pas le choix ? » Fais-tu, arquant un peu les sourcils. N'importe quoi. Roh, et puis c'est lui qui t'a lancé sur le sujet, hein. Tu peux bien t'en amuser un peu. Tu prends une nouvelle gorgée de ta boisson avant de lui laisser ton verre, t'écartant simplement du bar. « Comme tu voudrais mon beau. » Ajoutes-tu simplement, d'un ton un peu provocateur. Tant pis pour lui, toi, tu comptes bien t'amuser. Et puis qui sait, si un type t'approche d'un peu trop près, peut-être qu'il réagira enfin et qu'il viendra avec toi ? Tu t'éloignes un peu, rejoignant cette foule qui danse sur un son un peu électro. En fait, ça te fait bizarre de danser comme une fille mais... C'est plutôt marrant. Et tu prends un malin plaisir à danser avec les autres. Les mecs ont tendance à te regarder un peu étrangement, mais tu t'en fous. Tu n'en as strictement rien à faire. Au contraire, ça a même tendance à t'amuser. Tu jettes de temps à autres un coup d'oeil au futur intendant impérial. Alors monsieur ne s'inquiète pas que sa fiancée danse aussi près de jeunes loups qui n'attendent qu'une chose ; lui sauter dessus ? Apparemment, ce n'est pas suffisant pour qu'il te rejoigne, et tu fais un peu la moue. Enfin, ne perds pas espoir hein, il va peut-être finir par ouvrir les yeux. Secouant simplement la tête, une autre idée te traverse l'esprit. La configuration de la boîte est assez intéressante, dans le sens où il y a quelques petites plate-formes surélevées où dansent des filles. Non mais sérieusement ? T'as pas été assez provocante comme ça ? Pas à ton goût. Alors dès qu'une fille descend de sa plate-forme, tu en profites pour monter dessus, t'accrochant du bout du bras à la barre de pole-dance. Madre de dios. Si tu étais Lyokha, ce numéro serait vraiment ridicule. Mais en tant que bombasse, c'est tout de suite plus sexy. Tu jettes à nouveau un regard au brun, et tu tournes autour de la barre. Non, en réalité, tu danses souplement, t'accrochant parfois du bout des bras, pour mieux basculer ta tête en arrière. Sérieusement ça devient flippant là, c'est limite si tu n'agis pas comme Lucky.. Omg mais tu agis comme elle en fait. Et le pire ? Ça ne te perturbe pas outre-mesure. Bref, sur tout ce morceau, tu laisses ton corps onduler à la lumière des spots lumineux, glissant autour de la barre, enroulant tes jambes par moment autour du métal pour tourner. Pour peu, on pourrait jurer que tu as fait ça toute ta vie. Non mais... Franchement... Mais tu t'éclates ! C'est un large sourire qui étire tes lèvres, parce que réellement, tu t'amuses. Et les types qui te matent se rincent bien l’œil, faut le dire. Enfin, la musique se termine, et tu as un coup de chaud. Tu as soif bon sang, et ton cocktail bien froid t'appelle, alors tu descends de la scénette, t'apprêtant juste à revenir vers Tudor. Mais quand tu lèves le regard vers lui, tu te rends compte qu'il n'est pas seul. Qu'une brune plutôt sulfureuse vient d'engager la conversation avec lui. Tu perds un peu de ton sourire, et tu sens ton sang bouillir dans tes veines. Car si lui n'est pas jaloux ni possessif, toi, tu sais être une vraie teigne. Serrant un peu les dents, tu lèves la tête, revenant d'une démarche presque impériale vers ton fiancé. Tu te poses juste à côté de lui, et la brune te sonde du regard, légèrement méprisante. « Heu, oui ? » Tu arques un sourcil, la détaillant avec sérieux. « J’interromps une passionnante conversation on dirait ? » Fais-tu avec une bonne dose d'ironie. Elle hausse les sourcils, te prenant de haut. Sérieusement ? Elle veut s'en prendre un elle aussi ? Un sourire fait soudainement son apparition sur tes lèvres, alors qu'elle reprend de plus belle. « Et t'es qui toi ? » Tu hausses légèrement les épaules, glissant simplement une main sur la cuisse de Tudor. Remontant un peu. Un peu trop peut-être. Oh oui tu es une mauvaise fille. Mais les chiens ne font pas des chats ; Lyokha tu es, et femme ou homme, Lyokha tu resteras.

_________________

- I LOVED YOU SO MUCH, AND NOW IT HURTS SO BAD -
falling out of love is hard, falling for betrayal is worse, broken trust and broken hearts, i know. and now when all is done there is nothing to say, all we had is gone. tell them I was happy, and my heart is broken, all my scars are open, tell them what i hoped would be impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


♆ papiers d'identité.



MessageSujet: Re: give me everything tonight. (mae)   

Revenir en haut Aller en bas
 

give me everything tonight. (mae)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I'LL GIVE YOU ANYYYYYYYYYTHING, I'LL GIVE YOU ANY RING.
» How do you rate President Obama's speech tonight?
» Get up and never give up... [PV Raphaël]
» tonight, we are young [04/04/12 à 14h21]
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A N A R K I A :: Un autre regard :: Regard vers le passé :: Dans une autre vie-