AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tatsuki's studio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Celestino R. Ferricelli
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1067

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Tatsuki's studio   Jeu 20 Sep - 19:24

... What a Face

Bon, les derniers en date parce que j'ai envie. Very Happy La liste se complétera au fur et à mesure, évidemment. Rolling Eyes

Hayden Christensen:
 

Jonathan Rhys Meyers:
 

... Arrow

_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celestino R. Ferricelli
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1067

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Sam 22 Sep - 20:38

Petit texte écrit comme ça, sur un coup de tête, sur la musique citée :



Alors arrête-moi...
Comment en sommes-nous arrivés là ? Je ne sais pas, je ne sais plus pourquoi tout a basculé de cette manière. Les choses ne pouvaient-elles pas être simples, pour une fois ? J’ai de temps en temps l’impression que quelqu’un m’en veut, que cette personne prend un malin plaisir à faire de ma vie un enfer. D’un côté, sans doute que je le mérite. Je n’ai qu’à regarder autour de moi pour comprendre, pour me souvenir que je mérite ce qui m’arrive. C’est la guerre, les combats font rage. Par ma faute. Tu vois jusqu’où je suis allé, n’est-ce pas ? Tu vois à quel point j’ai sombré. J’ai choisi la mauvaise voie, j’ai entraîné des personnes avec moi. Je suis un meneur, je l’ai toujours été, mais je n’ai pas utilisé cela à bon escient. Alors ce soir, des gens meurent par ma faute. Alors l’aube sera rouge, demain. Rouge du sang versé par ma faute. Si je m’en sors, mes mains seront recouvertes de ce liquide carmin, de ce liquide de vie qui s’écoule du corps de mes camarades. Est-ce que je vais me sentir coupable d’avoir gâché toutes ces vies ? Non. S’ils m’ont suivi, c’est leur problème, non le mien. Ils ont fait leur choix, qu’ils l’assument jusque dans leur mort. Et les lâches qui osent m’abandonner, je les retrouverai, je leur ferai payer leur lâcheté. Cela a toujours été ainsi, c’est ainsi et ce sera toujours ainsi.

Je te dégoûte, je le sais. Je n’en suis guère étonné, de toute façon. On se connait depuis si longtemps, toi et moi. Nous étions amis, nous étions plus qu’amis. Tu t’imaginais peut-être que je laisserais mes idées de côté, tu t’imaginais peut-être que je n’aurais pas le cran d’aller jusqu’au bout, que j’aurais trop de cœur pour le faire. Je t’ai prouvé le contraire. Je suis un ennemi public, je t’ai prouvé que j’étais capable d’aller loin, très loin. Trop loin pour que tu puisses me suivre. De toute façon, tu ne l’aurais jamais fait, avoue-le. Tu n’es pas de ceux capables de se laisser sombrer dans les ténèbres. Tu es un enfant de la lumière, pas moi. Je suis un enfant de l’ombre, je plonge à ma guise et je n’éprouve pas le besoin de remonter. Toi, la simple idée de te baigner avec moi te répugne. Je l’ai compris. Les ténèbres t’ont captivées mais jamais tu n’aurais sauté dedans. Il ne faut pas se contenter de se mouiller mais il faut y plonger. Je m’y suis noyé, comme tu vois. Je m’y suis noyé pour devenir moi, tout simplement.

Qui est ce moi ? Quelqu’un de cruel, quelqu’un qui ne connait pas le remord. Quelqu’un qui n’hésite pas à torturer ceux qui se mettent en travers de son chemin, qui n’hésite pas à les tuer. Quelqu’un qui dirige ses camarades d’une main de fer et sans la moindre pitié, un redoutable adversaire pour le gouvernement, insaisissable. J’ai tué, je ne compte plus ceux qui sont morts de ma main ou sous mes ordres. C’est moi, je suis une ombre, je suis les ténèbres mêmes. Qu’est-ce qui pourrait bien m’atteindre, à présent ? J’ai oublié la pitié, j’ai oublié ce qu’étaient les sentiments. Je ne suis plus rien qu’une machine à tuer et à penser. Pathétique ? Peut-être, mais c’est tout simplement moi. Je suis moi, je suis ce monstre que tout le monde craint et respecte. Je vois mes hommes s’écarter respectueusement de ma route, les autres m’observer avec crainte. Ils ne voient même pas mon visage, quasiment personne ne peut voir qui je suis. Voilà des années que je n’ai pas quitté mon masque. Je n’ai pas besoin de me cacher, mais c’est ma marque de fabrique, tout simplement. Un masque originellement blanc à présent maculé de tâches de sang. C’est magnifique je trouve, la pureté du blanc qui recouvre petit à petit du rouge de cette vie qui quitte le corps de mes victimes. Mon masque est une œuvre d’art dont jamais je ne me lasserai. Celui que tu as connu est mort depuis longtemps, très longtemps. Tu ne peux plus me reconnaître.

Je te vois, au milieu de toutes ces personnes qui se battent pour leurs idéaux, pour leur survie. Le sang coule, il en est de même pour les larmes. Des vies s’éteignent à chaque instant, certains agonisent lentement, d’autres n’ont même pas le temps de comprendre qu’ils sont déjà morts. C’est un spectacle de vie et de mort, un spectacle dont je suis l’auteur. Je m’en sens fier. Ai-je perdu l’esprit ? Je ne sais pas, je ne sais plus. Je sais simplement que je me suis figé sur place. Je ne peux détourner mon regard de toi, toi qui es là, toi qui combats avec la même hargne que les autres. Voir même avec plus de volonté que tous ces idiots qui ne comprennent pas. Instinctivement, je frappe pour ne pas être frappé, je fais sortir de ma route toute personne osant s’approcher de moi. Des jeunes, des moins jeunes. Que des suicidaires visiblement. Ils ne font pas le poids face à moi. Mais je ne m’intéresse pas à eux. Non, il n’y a qu’une seule personne qui capte mon attention : toi. Toi qui te blesse, toi qui n’as pas changé depuis tout ce temps. Comment fais-tu ? Comment peux-tu me hanter ainsi, en étant resté le même ? Je t’ai surveillé du coin de l'œil, je sais que tu es définitivement la même personne que j’ai laissé derrière moi, ce fameux jour. Je le sais et je ne comprends pas pourquoi cela me brûle le cœur. Tu es là pour m’arrêter, tu es là pour me détruire. Voilà qui me fait bien rire. Toi, m’arrêter ? Tu en es bien incapable, mais tu peux toujours essayer. Comme tous les autres, tu te briseras sur mes défenses. Tu n’as rien de plus qu’eux, après tout.

Au final, tu finis par te tourner vers moi. Tu ne peux pas me reconnaître, j’ai mon masque, et même sans tu ne pourrais pas me reconnaître. De toute façon, je n’ai guère envie que tu fasses le lien entre la personne que j’étais et celle que je suis. Nos regards se croisent, c’est suffisant pour que notre combat commence. Tu lances l’offensive, j’esquive et je réplique, tu esquives à ton tour. C’est à cela que se résume notre combat : s’esquiver au dernier moment. De temps en temps, l’un de nous tente une ruse mais je te connais, j’esquive chacun de tes mouvements. Toi, tu y parviens aussi. As-tu compris qui je suis ? J’en doute sincèrement. Finalement, un de mes coups porte. Sur le cou, tu saignes à présent. Tu as échappé à de gros dégâts mais tu es tout de même affaibli. Soudain, c’est à mon tour d’avoir froid et je recule précipitamment. Je suis touché au visage, une partie de mon masque se brise. Je ne m’y attendais pas, je dois avouer. Tu as gagné en puissance depuis le temps, je suis agréablement surpris. Je me maintiens à distance et te regarde. Je contemple cette flamme au fond de ton regard. Tu hais ce monstre que je suis devenu, tu es tellement transparent. C’est bien, tu es devenu un bon petit mouton du gouvernement. Toi le mouton, et moi le loup. Étions-nous réellement amis ? Ai-je été mouton, ou avons-nous toujours eu un tel fossé entre nous ? Je ne sais pas, je ne sais plus. Et ça fait mal de devoir me souvenir de qui tu étais pour moi.

Je te regarde, je plonge au fin fond de ton regard. Il a toujours été plus captivant que les ténèbres, mais je ne te l’ai jamais avoué. Notre combat reprend, plus violent que jamais. Me battre contre toi... Voilà qui réveille quelque peu celui que j’étais. Ce dernier proteste, te blesser a toujours fait parti de ce qu’il s’était interdit. Je me souviens de qui j’étais. Je me souviens que, quelque part, j’ai encore un cœur qui bat doucement, lentement. Quel effet as-tu donc sur moi ? Je n’ai plus de remords depuis si longtemps, je ne suis plus qu’une machine à tuer mais... Toi, je ne veux pas, je ne peux pas... J’en suis incapable... Parce que, au fond... Je sais bien que ce que je fais n’est pas justifiable. Pour les ténèbres, pour embêter mon monde, pour le simple plaisir de jouer avec ma vie, avec la vie des autres. J’ai détruit tant et tant de vies... Je me suis mis en danger, mon existence se résume à un numéro d’équilibriste. J’avance sur le fil du rasoir depuis des années, le vide de chaque côté. Avancer me blesse, rester sur place me blesse, reculer me blesse encore plus. Peut-on me reprocher d’avancer alors ? Avec toi je tangue, je perds ce fragile équilibre que je me suis efforcé de maintenir jusque là. Tu es là pour précipiter ma fin. J’ignore combien de temps je suis encore capable de tenir dans la position. Une heure ? Une semaine ? Un mois ? Un an ? Je ne sais plus, je ne sais même pas si j’ai, un jour, voulu le savoir. Ma vie n’a guère de sens, lorsque je ne fais pas ce pour quoi j’existe à présent : tuer. La vie n’a pas de sens pour moi, alors les détruire toutes ne me pose pas le moindre problème. Je ne suis plus rien de ce que j’ai été, je ne suis qu’une ombre dévorée de part en part par les ténèbres, mes ténèbres. Je me suis détruit.

Alors arrête-moi. Tu es le seul à en être capable, tu es le seul à avoir la puissance nécessaire pour y parvenir. Tu es le seul à pouvoir avoir ce rôle. Je veux que ce soit toi qui m’arrêtes. Une dernière fois, mon passé peut bien me revenir en pleine figure. J’ai toujours su que mon passé me tuerais. Aurais-je pu prendre un autre chemin ? Aurais-je pu devenir comme toi ? Non, je ne crois pas. J’étais voué au mal, j’étais voué à la destruction. Je le pense sincèrement. Tu as cru en moi, tu dois toujours croire en moi, quelque part. Tes illusions doivent disparaître une bonne fois pour toutes. Le combat reprend, je ne compte pas non plus me laisser détruire sans rien dire. Cependant, je suis moins agile, je frappe moins fort. Je ne souhaites pas te tuer, juste t’ouvrir les yeux. Ton univers n’est pas parfait, j’ignore encore à quel point tu le sais. Mais tu n’en es pas suffisamment conscient à mon goût. Je te blesse, tu me blesses aussi. Le sang coule à nouveau. Je m’affaiblis, toi de même. J’ai mal au cœur. Je me déconcentres pour regarder mes mains. Elles sont rouges, rouges de sang. Est-ce réel, est-ce une illusion ? Je ne saurais dire, je ne sais absolument pas. Je n’arrive plus à faire la différence. Je suis un criminel, je me suis oublié, je me suis perdu...

Tu profites de ma déconcentration pour frapper une nouvelle fois. Cette fois, mon masque vole en éclats. Je sens les regards se tourner vers nous, vers moi. Je sais que les autres me dévisagent tandis que quelques mèches viennent souplement retomber devant mes yeux. Un liquide chaud coule lentement depuis ma temps jusque dans mon cou, ma joue est douloureuse, ma lèvre fendue. Et tu me regardes, les yeux écarquillés, ahuri. Tu ne t’y attendais pas, je le sens. Voilà qui veut dire que tu croyais toujours en moi, malgré toutes ces années ? N’en reviens-tu pas ? Je sens un sourire carnassier venir étirer douloureusement mes lèvres. Je suis méchant, cruel. Je te fais remarquer que tu hésites, que tu n’as pas compris. Qu’attends-tu donc pour faire ton travail jusqu’au bout ? Tu es là pour m’arrêter dans ma folie, dans ma mort progressive, dévoré par mes propres ténèbres. Si tu me laisses en vie, tout recommencera un jour ou l’autre. Tu me connais. Alors tu sais bien qu’il n’y a qu’une seule solution pour mettre fin à tout ceci. Sans leur guide, mes camarades déposeront les armes. Si je continue à vivre, ils me resteront fidèles et continueront leurs actions en attendant mon retour. Alors arrête-moi... C’est la seule chose que je peux à présent te demander... C’est la dernière chose que je te demanderai : arrête-moi.

Tu hésites, je te provoque. Je sais quoi dire pour te blesser, pour te mettre la rage. Je ne m’en prive pas. Je profite même de ton hésitation pour faire des dégâts parmi ceux de ton camp. Combien de personnes dois-je tuer pour que tu comprennes enfin ce que je veux ? Je n’en sais rien alors je tue. Tu vois, j’ai perdu la tête. Je suis une simple machine à tuer. Je ne méritais pas ce lien qui nous unissait. Mais je tiens encore à toi... Tu es mon point faible, mon ancien ami. Tu es le seul à pouvoir m’arrêter, fais-moi cette faveur. Tue-moi. Finalement, je m’écroule. J’ai mal, j’étouffe. Je tourne un peu la tête tandis que la douleur se propage dans tout mon corps, manquant de me faire hurler. Je me contente de serrer les dents et de te regarder. Tu hésites encore, et pourtant tu l’as fait. Le sang coule, vient teinter de carmin la terre qui l’absorbe doucement, lentement. Je vois de nombreux doutes dans ton regard. Je puise dans ma volonté et je te souris, tout simplement. Je n’ai pas besoin de parler, mon regard parle pour moi. Merci... Au final, je n’ai attendu que ça, toutes ces années : que tu prennes la peine de venir m’arrêter. Pourquoi a-t-il fallu attendre tout ce temps, dis-moi ? Je saurai peut-être un jour, quand tu mourras à ton tour. Vis mon vieux. Et retire cette lueur de peine, de douleur au fond de tes prunelles. Je te l’avais bien dit : tout se solde par la mort, elle est une phase inévitable. Et je suis heureux que cette mort, elle arrive de ta main pour moi. Ma conscience vacille, je n’y vois plus rien... Je souris une dernière fois, une toute dernière fois... Quelques petits mots prononcés puis je m’éteins... Tu as tué le monstre que je suis, sois-en fier, n’aie pas de regrets. Et si jamais tu penses toujours à notre amitié... Tu me retrouveras un jour. Je n’aurai certainement pas changé, me connaissant. Alors arrête-moi une nouvelle fois, lorsque ce jour viendra.

_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celestino R. Ferricelli
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1067

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Ven 23 Nov - 22:02

Âmes sensibles s'abstenir.
Je poste ça à la demande de certaines personnes sur la cb.

Naissance d’un vampire, dans le sang et les flammes

-Laissez-moi partir... murmura-t-il d’une voix brisée.
-Inutile de te répéter, c’est hors de question, gamin. Ce stupide prêtre a laissé des créatures des enfers vivre à proximité d’humains ! Nous ne faisons que ce qu’il aurait dû faire, lui, depuis déjà bien longtemps.
-Je ne suis pas un vampire. protesta-t-il.
-Pas encore... susurra l’autre à son oreille. Mais ce poison qui coule à présent dans tes veines aura bientôt fini son travail. Ce sera le cas lorsque les rayons du soleil te brûleront la peau ! Mais en attendant, on va jouer un petit peu...

Le jeune homme écarquille les yeux sous le coup de la terreur. Les chaînes de plomb qui le retenaient lui brûlaient la peau, la circulation du sang se faisant difficile en de multiples endroits. Sans compter ce fleuve de feu qui courait dans ses veines depuis déjà un bon quart d’heure. Sa situation était déjà difficile, mais les choses allaient, visiblement, très vite empirer. En effet, l’un de ses deux bourreaux se ramena avec un pieu et un couteau. Il comprit aussitôt qu’il allait souffrir plus encore. Depuis quand les humains se montraient aussi cruels envers les leurs ? Il était neveu de prêtre, il avait toujours vécu dans ce domaine, pour lui, les hommes se devaient d’être bons les uns envers les autres ! Mais là... Tout cela à cause de ce poison qui coulait dans ses veines ? Il n’avais pas choisi de devenir vampire. Il n’avait pas voulu subir une telle épreuve, ce n’était pas son choix ! Il aurait préféré mourir plutôt que de se faire transformer !

Sachant déjà ce qui allait se passer, et dans le vain espoir que perdre la vue diminuerait la douleur, il ferma les yeux. Pensée bien naïve, il le savait parfaitement. Et ce fut, bien entendu, peine perdu. Il sentit les chaînes se resserrer autour de ses poignets, de ses chevilles, de son cou. Il était d’autant plus maintenu à cette croix qui, quelques heures plus tôt, portait encore une réplique du Christ, réplique brisée lors de la bataille qui avait eu lieu sur place. Il remplaçait le Christ... Pensée idiote. Une nouvelle douleur l’arracha à ses réflexions. Il venait de sentir une lame transpercer sa peau, s’enfoncer lentement dans la chaire tendre de son ventre. S’il n’y avait que cela... Mais en plus, l’autre fit tranquillement bouger sa lame, dessinant littéralement dans sa chaire. Le cadet ne put résister et hurla à pleins poumons. Pathétique ? Peut-être, mais il n’était pas du genre résistant. Et pourtant il faisait des efforts pour se contenir un minimum, sachant parfaitement que sa souffrance les amusait profondément. Il n’était pas assez fort pour résister, pas assez fort, tout simplement...

Sentant que le feu dans ses veines se propageait dans tout son corps, le consumant de l’intérieur, semblant prendre tout son temps avec lui, il préféra se concentrer uniquement sur cette douleur. Le poison avait bien avancé, il était presque entièrement touché... Mais pourquoi lui semblait-il que celui-ci hésitait à toucher son cœur ? Pourquoi retarder l’échéance alors qu’il l’attendait ? Il n’avait pas la force de se battre, il voulait que sa torture prenne fin. Pourquoi le lui refuser ? Parce que les chasseurs étaient sadiques, parce que... Il ignorait ce qui faisait qu’il était, pour le moment, encore en vie, encore humain. Tout ce qu’il savait, c’était qu’il voulait qu’on mette fin à sa torture. Il sentait encore la lame dans sa chaire, continuant lentement et tranquillement le dessin. En se concentrant un peu sur cette douleur, se remémorant les mouvement ressentis, il en conclut que son bourreau actuel avait très certainement dessiné un pentacle. Pourquoi cela ? Aucune idée. Peut-être en rapport avec la magie. Magie noire, dans son cas, vu ce qu’ils racontaient. Pitié, qu’on le tue...

Soudain, ses mains furent détachées pour être ramenées vers le haut. Instinctivement, il rouvrit immédiatement les yeux avant de détourner la tête. Les rayons du soleil, passant à travers les vitraux de l’église, venaient l’éclairer, illuminer sa peau mise à nu et son visage. La lumière était bien trop forte pour lui. Son ventre ensanglanté avait pris une teinte rouge qui renforçait la couleur vive de sang qui coulait lentement. Il préféra porter son regard vers le haut, observant ce qu’on lui faisait. Ses mains étaient à présent liées l’une à l’autre, au-dessus de sa tête. Inquiet, il tourna son regard d’émeraude vers l’homme à côté de lui. Dans ses mains se trouvait un pieu en bois massif, semblant très lourd. Le cadet déglutit difficilement, sentant son cœur accélérer à toute allure, adoptant un rythme désordonné et bien trop rapide.

-Non... souffla-t-il, terrorisé. Non, pas ça !
-Aurais-tu oublié que tu n’avais pas ton mot à dire, sale vampire ?
-Alors tuez-moi ! Laissez-moi mourir une bonne fois pour toutes !
-Certainement pas. Les choses comme toi ne méritent même pas le repos éternel !

Le jeune homme ferma les yeux de toutes ses forces, plus que terrorisé. Il craignait la mort, il craignait le sadisme des hommes. Il espérait pouvoir, au moins, empêcher ses larmes de couler. Peine perdues, celles-ci lui échappèrent. Il entendit un rapide échange se faire entre les deux hommes qui se faisaient la remarque qu’il était faible, mais il ne releva même pas. Non, bien vite, un horrible et double « CRAC » se fit entendre dans toute l’église, rapidement suivi d’un nouveau hurlement de souffrance pure. La douleur se fit fulgurante, insoutenable au niveau de ses mains à présent transpercées de part en part par l’énorme pieu qui venait d’y être enfoncé. Il était un peu plus collé à sa croix, il y avait été littéralement cloué. Et cette douleur, et ce sang qui coulait de ses mains le long de ses bras pour ensuite glisser sur ses épaules, puis dans son cou, puis sur son torse et dans son dos... Le liquide chaud de la vie lui échappait un peu plus, et il pleurait en silence, ayant perdu toute sa voix à force de hurler. Des larmes de douleur, de rage aussi, venaient se mêler au sang qui lui échappait. Il en avait assez de tout cela. Il souhaitait simplement mourir.

Le liquide carmin se mêla aussi à ses longs cheveux sombres, les colorant. Dès cet instant, il sentit sa peau le picoter. Il n’eut pas besoin qu’on lui explique ce qu’il se passait, il le comprit instantanément. Son cœur se consuma à son tour, enfin. Son cœur... Puis sa peau le brûla réellement, de plus en plus fort. Comme s’il était sur un bûcher enflammé, sauf que ces flammes ne consumaient pas tout, seulement les parties de son corps mises à nu. Autrement tout le haut de son corps. Son haut avait été enlevé depuis bien longtemps par ses bourreaux. Et il se consumait réellement, il le sentait. Il était quasiment certain que s’il rouvrait les yeux, il constaterait que sa peau avait viré au noir. Il ne chercha pas à vérifier, il se contenta de puiser dans ce qui lui restait de ses forces pour tirer sur ses chaînes, tentant vainement de se libérer, d’échapper aux mortels rayons solaires. Mais il n’y parvint pas. Il brûlait vif et à cause de quoi ? De deux humains qui l’avaient décrété. Rien de plus. Quel cauchemar pour lui.

Étrangement il parvint, de nouveau, à hurler de douleur, son propre sang coulant le long de son torse nu, tachant à présent son pantalon. Comment exprimer cette souffrance qu’il ressentait, qu’il vivait pleinement ? Aucun mot n’existait pour expliquer ce qu’il vivait... Mais, de toute manière, il abandonna toute résistance. Se battre était bien trop dur pour lui, il n’était pas assez fort pour y parvenir. Son oncle et son père étaient morts, comment lui pourrait-il survivre ? Il ne pourrait pas. Sous ses paupières clauses, les images de ceux qui comptaient pour lui vinrent se présenter. Sa famille, ses amis... Plus un autre visage qu’il ne connaissait absolument pas : celui d’un petit garçon aux cheveux sombres, aussi sombres que les siens et aux regard océan. Qui était-il ? Il l’ignorait complètement. Tandis qu’il se laissait aller dans ses souvenirs, abandonnant tout... Il se rappela d’une chose. S’il venait à mourir, sa mère se retrouverait définitivement seule. Et cela, c’était hors de question ! Il n’avait pas le droit d’abandonner, de l’abandonner ! Encore moins à cause de deux stupides chasseurs.

Au final, la colère prit le dessus sur tout le reste. Son sang se mit à bouillir dans ses veines, refoulant la douleur, la cantonnant à un espace largement restreint, la faisant presque disparaître. Les canines de sa mâchoire supérieure s’allongèrent de quelques centimètres et ses cheveux naturellement sombres devinrent flammes. Il devait bouger de là. Ce n’était pas une possibilité mais une obligation. Et son corps réagit en conséquence. Ses mains transpercées furent prisent de convulsions et, d’un coup sec, il arracha le pieu les maintenant à la croix de bois dans laquelle il était planté. Les deux chasseurs reculèrent d’un coup, il n’y fit même pas attention. Ses mains étaient toujours embrochées et le sang coulait à flot. Complètement insensible à la douleur sur le coup, il arracha l’une de ses mains au pieu d’un coup sec avant de retirer l’objet de bois de la seconde. Lorsque ce fut chose faire, il lâcha l’objet qui retomba dans la mare de sang recouvrant le sol dans un « SPLATCH » tout sauf discret. Puis, comme désinvolte, il brisa les chaînes qui lui maintenaient les poignets avant de faire de même avec elle autour de son cou, puis de ses chevilles. Il était libre à présent. Lorsqu’il rouvrit les yeux, les deux hommes eurent un nouveau mouvement de recul. Il avait changé, et un simple regard à un miroir passé au loin lui apprit à quel point c’était le cas. Même son regard avait changé : de l’émeraude, il était passé à l’onyx. Couleur des ténèbres. Les rôles étaient échangés à présent. Il était devenu prédateur, ses bourreaux étaient devenues ses proies. Deux pas en avant et il était à l’abri des mortels rayons solaires. Il était grand temps de passer à l’attaque. Il avait faim, ces deux choses mourraient donc. Il n’y avait pas d’échappatoire possible.

_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celestino R. Ferricelli
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1067

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Mar 18 Déc - 22:44

Bien, parce que je suis dans ma période neige, voici 4 vavas...




... Tadam ? *s'enfuit* Dans l'ordre : Lyo, Aza, Aleks, Mae.

_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celestino R. Ferricelli
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1067

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Dim 20 Jan - 22:22

Un soir où je n'ai rien d'autre à faire... Ou plutôt que je n'ai le courage de rien faire. Je reprends mon modèle préféré pour les vavas.



_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celestino R. Ferricelli
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1067

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Lun 21 Jan - 22:49

Alors alors...

Brant :



Colton :


_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celestino R. Ferricelli
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1067

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Ven 25 Jan - 14:35







...

_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aza E. Doe
♆ never let me go.
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : sorcière
♆ âge : 19 ans, bientot 20
♆ célébrité : Phoebe Thonkin
♆ crédits : Timeless
♆ messages : 112

♆ never let me go.


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Dim 27 Jan - 10:24

C'est superbe *o*!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celestino R. Ferricelli
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1067

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Dim 27 Jan - 15:18

Je suis ravie que ça te plaise !!!

Et les deux derniers en date, pour la route.


_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celestino R. Ferricelli
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1067

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Sam 2 Fév - 21:02

2 nouveaux !


_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aza E. Doe
♆ never let me go.
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : sorcière
♆ âge : 19 ans, bientot 20
♆ célébrité : Phoebe Thonkin
♆ crédits : Timeless
♆ messages : 112

♆ never let me go.


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Dim 3 Fév - 10:21

J'adore *o* surtout le premier!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Adelina I. Maura
♆ never let me go.
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humaine
♆ âge : 21 ans
♆ métier : Servante au palais et chasseuse
♆ célébrité : Nina Dobrev
♆ crédits : Ava : ©whorecrux
♆ messages : 138

♆  never let me go.


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Lun 4 Fév - 12:53

Ils sont super beaux tes avatars
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celestino R. Ferricelli
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1067

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Jeu 7 Fév - 18:44

Han, merci les filles !

En voici deux nouveaux pour la route !


_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Adelina I. Maura
♆ never let me go.
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humaine
♆ âge : 21 ans
♆ métier : Servante au palais et chasseuse
♆ célébrité : Nina Dobrev
♆ crédits : Ava : ©whorecrux
♆ messages : 138

♆  never let me go.


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Ven 8 Fév - 0:07

Han merci tout plein J'en met un de ce pas ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

C.S. Dante de Ray
♆ never let me go.
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Vampire
♆ âge : 813 ans
♆ métier : Bibliothécaire & écrivain officiellement
♆ célébrité : Ash Stymest
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 21

♆ never let me go.


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Ven 8 Fév - 7:45

De rien ! Je suis ravis qu'ils te plaisent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celestino R. Ferricelli
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1067

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Ven 8 Fév - 17:56

Allez, parce que j'avais envie de faire mumuse avec le css...

Un iPhone :
Spoiler:
 

Et une fiche de liens, partie présentation et autres.
Spoiler:
 

_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Adelina I. Maura
♆ never let me go.
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humaine
♆ âge : 21 ans
♆ métier : Servante au palais et chasseuse
♆ célébrité : Nina Dobrev
♆ crédits : Ava : ©whorecrux
♆ messages : 138

♆  never let me go.


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Ven 8 Fév - 19:58



C'est super chouette ce que tu as fait !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celestino R. Ferricelli
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1067

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Sam 9 Fév - 21:14

Embarassed
Tu vas vraiment finir par me gêner... Embarassed

Et de quatre autres pour la route !
Cole Mohr :


_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Adelina I. Maura
♆ never let me go.
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humaine
♆ âge : 21 ans
♆ métier : Servante au palais et chasseuse
♆ célébrité : Nina Dobrev
♆ crédits : Ava : ©whorecrux
♆ messages : 138

♆  never let me go.


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Sam 9 Fév - 22:58

Comment ca rend trop bien le noir et blanc sur ces avatars là.
Et l epremier en "sepia" je suis carrément fan
T'as pas a te sentir gênée, c'est juste la vérité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celestino R. Ferricelli
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1067

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Mar 12 Fév - 23:01

Embarassed Merci... Embarassed
Le "sépia" est juste un coloring en orange, le sépia de gimp rend pas super bien je trouve...

Et de trois nouveaux vavas... À cause d'une certaine personne que je ne nommerai pas. :pff:


_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aza E. Doe
♆ never let me go.
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : sorcière
♆ âge : 19 ans, bientot 20
♆ célébrité : Phoebe Thonkin
♆ crédits : Timeless
♆ messages : 112

♆ never let me go.


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Mer 13 Fév - 7:45

Je love!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

C.S. Dante de Ray
♆ never let me go.
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Vampire
♆ âge : 813 ans
♆ métier : Bibliothécaire & écrivain officiellement
♆ célébrité : Ash Stymest
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 21

♆ never let me go.


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Mer 13 Fév - 9:33

Embarassed
Merci Aza ! Câlin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celestino R. Ferricelli
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1067

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Mer 13 Fév - 16:06

... Je me déteste...

&

Certains les reconnaîtront, d'autres... Bah on verra.

_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celestino R. Ferricelli
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1067

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Lun 18 Fév - 22:09

Je complète ma liste...



&


_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Adelina I. Maura
♆ never let me go.
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humaine
♆ âge : 21 ans
♆ métier : Servante au palais et chasseuse
♆ célébrité : Nina Dobrev
♆ crédits : Ava : ©whorecrux
♆ messages : 138

♆  never let me go.


MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   Sam 23 Fév - 23:42

Les avatars/gif, j'aime un peu moins que d'habitude tes créations, mais alors ceux du derniers post... Franchement, ils sont superbes, vraiment ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


♆ papiers d'identité.



MessageSujet: Re: Tatsuki's studio   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tatsuki's studio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Studio Phocéen
» Saga de chez Studio tomahawk
» [PhotoFiltre Studio]Technique de smuge.
» Chambre de Tatsuki, Alice, Akiyura & Sphinix
» Décors Micro Arts Studio

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A N A R K I A :: Plaisirs d'Anarkia :: Créations diverses-