AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vesper C. Holmes ‣

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


♆ papiers d'identité.



MessageSujet: Vesper C. Holmes ‣   Mer 12 Sep - 1:04


Vesper Cercei Holmes

« Death is the road to awe »
Darren Aronofsky, The fountain.

IDENTIFICATION;

NOM ◭ holmes
PRENOMS ◭ vesper; cercei
SURNOM ◭ Blondie, V & Cei sont les plus courants. Le reste est entre les mains de votre imagination. A vos risques et périls.
ÂGE ◭ 204 ans ; Son corps restera cela dit figé dans la beauté de ses vingt-deux ans pour l'éternité.
ORIGINES SOCIALES ◭ Modestes
ORIENTATION SEXUELLE ◭ Hétérosexuelle
STATUT CIVIL ◭ Célibataire & volage
RACE ◭ Vampire
GROUPE ◭ Vampires, my dear.
MÉTIER ◭ Croupière au casino
CÉLÉBRITÉ ◭ Amanda Seyfried
CRÉDIT ◭ Lux

CARACTÈRE;
Vesper peut être sage comme elle peut être violente, elle peut être douce comme elle peut être glaciale. Elle est imprévisible, elle est fière et tête-brûlée. Vesper, c'est un paradoxe, c'est un jeu, un jeu de masques, un jeu de personnalités. Parce que Vesper s'ennuie ; elle voit le temps passer, alors elle le tue, elle l'éclabousse de sang, elle lui pisse dessus, au gré de ses humeurs chaotiques. Vesper est perdue. Mais elle ne se cherche pas vraiment. Elle sait juste qu'elle est là, quelque part, entre la folie et la raison, entre la passion et le vide, entre l'effluve rouillée et sanglante qui se dégage du corps qu'elle vient de vider et celle, plus sucrée, qui émane de sa peau de petite poupée innocente. Elle n'est ni bonne, ni mauvaise. Elle s'occupe simplement de ce qui la concerne. Elle fut généreuse, autrefois, elle fut dévouée. Mais aujourd'hui, seul son fort caractère persiste. Elle se complait dans son cynisme, dans son ironie, son délicieux jem'enfoutisme. Elle sait se faire discrète, s'envoler dans un battement de cils, mais elle sait aussi laisser derrière elle le souvenir suffocant d'une blonde à la plastique parfaite, aux mots aussi acérés que le sont ses crocs, et dont la morsure ne cessera jamais de vous consumer. Elle aime ce qui est sauvage, ce qui est spontané, elle aime cet état de transe que seuls lui procurent la nuit, le sang et une bonne compagnie. Elle cultive le mystère autour d'elle car elle ne sait pas réellement ce qu'elle désire elle-même. Au fond, elle est paumée, dans ce vide intersidéral qui a remplacé son coeur au fil des siècles.


Midnight.Bliss

ÂGE ◭ 20 ans
COMMENT T'ES ARRIVE LA ? ◭ En fouillant PRD, il me semble.
UN AVIS ◭ Chapeau ! Le contexte, les annexes (j'ai bavouillé partout en lisant celle sur la faune et la flore ), on sent que vous vous êtes données pour mettre tout ça au point ! Même le règlement m'aura plu, et croyez-moi mes p'tites dames, c'est loin d'être souvent le cas ! Bref, well done ! Du coup, comme vous avez fait dans l'originalité, je me suis dit que moi aussi (I'm such a badass, I know.) en jouant une fille plutôt qu'un garçon, chose rare me concernant (et souvent, c'est moche à voir .)
SEXE ◭ Fi-fille
CRÉDITS ◭ Lux & Tumblr
CODE DU RÈGLEMENT ◭ « ok par awake. »

© fiche créée par awake. pour Anarkia -


Dernière édition par Vesper C. Holmes le Mer 12 Sep - 23:17, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


♆ papiers d'identité.



MessageSujet: Re: Vesper C. Holmes ‣   Mer 12 Sep - 1:05




UNNATURAL STORY ◭



« À Cinis Luna ; 17 ans.
Juillet 813 »

Ses grands yeux bleus sont ouverts. Ils se baignent dans la pénombre de la nuit, ils parcourent le tapis d'étoiles qui décorent le ciel. Vesper est bien là où elle est, et pendant quelques instants encore, elle s'autorise à se laisser aller à la sensation de sérénité qui la traverse. Ici, tout lui semble calme et simple et beau. Elle sait cela dit que cela ne durera pas. Mais, pour l'instant, elle s'en moque. Un frisson lui parcourt l'échine ; il vient de passer ses doigts fins sur la chute de ses reins. Leurs corps sont nus, allongés dans l'herbe de la large plaine, blottis l'un contre l'autre. Elle sent son regard peser sur elle, et elle finit par quitter le ciel nocturne des yeux pour les planter dans les siens. « Tu n'as pas eu trop mal ? » lui demande-t-il de sa voix de velours, avec un air solennel néanmoins. Un éclair de malice passe dans les yeux de Vesper tandis qu'elle répond, taquine. « Ce n'est pas la première fois que tu me mords. » Le vampire secoue la tête de gauche à droite, décoincé par la plaisanterie de la jeune fille. « Idiote. » Elle lui sourit un peu, puis tourne la tête pour se perdre à nouveau dans les étoiles. Dans son cou, on peut apercevoir les traces qu'ont laissé les crocs dans sa chair tendre. Après un bref silence, elle répond finalement à la question du vampire. « Pas tant que ça. » A vrai dire, Vesper s'attendait à ce que sa première fois soit plus douloureuse, plus pénible. Sans doute parce qu'elle avait entendu ses amies en parler comme d'une expérience désagréable. Mais elle réalisa qu'aucune de ses amies ne connaissait, contrairement à elle, la douleur de la morsure vampirique. En comparaison, Vesper était donc sans doute mieux préparée pour faire face à ce genre d'assauts sur le corps. « Pourquoi tu n'as pas demandé à Tobbias ? Il en meurt d'envie, je suis sûr qu'il aurait accepté. » Vesper fronce les sourcils en regardant à nouveau le vampire. « Est-ce que tu t'entends, parfois, Altaïr ? "Bonsoir Tobbias, excuse-moi de te déranger, mais je me demandais si tu voudrais bien me faire l'amour, par hasard ?" Tu es fou. » Les dents aiguisées d'Altaïr se mirent à luire sous le clair de lune alors qu'il affichait un large sourire. « Tu as sincèrement trouvé ça moins gênant de demander ça à un vampire à qui tu offres ton sang de temps en temps plutôt qu'à un humain ? Et c'est moi, le fou ? » La poitrine de Vesper se souleva en un léger rire. Elle se redressa pour se glisser à califourchon sur le corps nu d'Altaïr, puis le regarda en face. « Tu es celui qui a accepté. Et puis, en ce qui concerne Tobbias... Non, je n'aurais jamais pu faire ça avec lui. Ça aurait un peu été comme faire ça avec un frère. » Lentement, Altaïr se redressa à son tour pour s'asseoir, tout en maintenant Vesper sur lui. Il approcha sa bouche des marques fraîches de son cou pour y passer sa langue et ainsi récolter les quelques gouttes de sang qui y restaient. Il s'était emparé de la chevelure blonde de la jeune fille pour pencher sa tête en arrière, afin qu'elle lui offre pleinement sa gorge. Il savoura cette vue en se léchant les lèvres. « Lui, au moins, est de ton espèce. » renchérit-il, car il n'y avait pas plus obstiné et joueur que lui. « Et alors ? Tu as bien été homme avant d'être vampire, toi aussi. Vous êtes membrés de la même manière, que je sache. » fit-elle, avec cette décontraction féline qui lui était propre. Vesper n'avait que dix-sept ans, mais elle n'était pas naïve, ni prude. Elle disait ce qu'elle avait en tête, et il y avait bien plus dans sa tête que de simples courants d'air. Altaïr croqua à nouveau le cou de la blonde, dont les mains se crispèrent dans le dos du vampire sous le coup de la douleur. Elle se laissa faire, comme toujours. Vesper avait rencontré Altaïr quelques années auparavant, et depuis, il venait la trouver régulièrement, dès que l'envie l'en saisissait. Il venait s'abreuver à son cou, et elle, se laissait mordre sans protestations. Pas parce qu'elle lui était soumise, pas parce qu'il l'effrayait non plus. Juste parce qu'elle était Vesper, depuis toujours un peu en décalage par rapport à ses amies, depuis toujours un peu marginale. Juste parce qu'elle avait ce besoin de vibrer, de ressentir quelque chose d'intense, d'interdit, de délicieusement coupable. C'était sa façon d'exister. Altaïr n'avait jamais eu le désir de l'achever, trouvant plus pratique d'avoir sa petite poche de sang sur pattes attitrée. Et, ce soir, lorsqu'elle lui avait demandé de lui faire l'amour, simplement par curiosité, il avait accepté, et les choses s'étaient faites naturellement, sans qu'il éprouvât une affection particulière pour elle ou qu'elle ait des sentiments pour lui. Ils s'appréciaient, étaient complices, cela s'arrêtait là. « Je pourrais te transformer, tu sais. Tu n'aurais qu'à me demander. » Il avait éloigné ses crocs acérés de la chair sanglante de Vesper. Il l'avait déjà suffisamment amochée pour cette fois. Elle fixa son regard au sien. Toute malice s'en était envolée. « Je sais. » « Mais tu refuses de la laisser. » « Je ne peux pas lui faire ça. » « Elle le mérite. »

Le vent se leva sur leurs corps enlacés.

***


Le corps engourdi par ses ébats et le manque de sang qui coulait dans ses veines, Vesper avait fini par se rhabiller pour rentrer chez elle. En arrivant, elle prit garde de ne pas être trop bruyante. C'était le beau milieu de la nuit. Avant toute chose, elle se dirigea vers la chambre du fond, dont la porte était fermée. Lentement, silencieusement, elle en actionna la poignée et ouvrit la porte avec précaution, juste assez pour pouvoir passer sa tête dans l'embrasure. T'as pas bougé d'un pouce. Sur le lit dormait une femme d'une bonne quarantaine d'années. Vesper referma la porte et gagna la salle de bain. Elle laissa glisser ses vêtements au sol un à un et son corps fut bientôt réchauffé par l'eau chaude de la douche. Les yeux fermés, elle repensait à ce que lui avait dit Altaïr. « Je pourrais te transformer, tu sais. Tu n'aurais qu'à me demander... Elle le mérite. » C'était sa mère. Elle ne pouvait pas penser à elle de cette manière. « Elle le mérite. » Vesper ouvrit d'un coup les yeux, et donna un grand coup de poing sur le mur carrelé. A l'eau de la douche se mêla bientôt le goût salé des larmes qui dévalaient ses joues.


« À Cinis Luna ; 22 ans.
Février 818 »

La gifle siffle dans les airs avant de claquer d'un bruit sourd sur son visage de porcelaine. Sous l'impact, la lèvre inférieure de Vesper éclate et saigne. La jeune femme porte une main à sa joue pour tenter d'apaiser la douleur, tandis qu'elle fusille du regard l'auteur de ce violent assaut. Sa mère, debout devant elle, la dévisage avec tant de dégoût qu'on pourrait croire qu'elle s'apprête à vomir pour de bon dans les secondes à venir. Dans son autre main, celle qu'elle n'a pas portée sur sa fille unique, il y a une bouteille d'alcool fort à moitié vide. « Tu n'as pas honte de toi, de la traînée que tu es ? Tu n'en as pas marre de ramper dans les pattes de ton vampire dès qu'il te veut ? T'es bonne qu'à ça, hein ? Te pavaner devant lui pour qu'il te suce le sang... » Vesper ne répond pas. Elle se contente de regarder sa maternelle dans les yeux, avec autant de rage et de mépris qu'elle. Ce discours, elle ne l'entend pas pour la première fois. A vrai dire, elle y a droit souvent, trop souvent. Depuis que sa mère est alcoolique, c'est-à-dire depuis des années, elle fait la Cendrillon à la maison, pendant que madame vide les bouteilles en lui gueulant dessus et en portant la main sur elle, quand ça lui chante. Cela fait partie des choses que tout le monde sait, dans le quartier. Tout le monde sait, mais personne ne fait rien. Depuis le temps, Vesper aurait pu partir. Elle aurait pu abandonner cette femme qui l'a certes mise au monde, mais qui n'a jamais vraiment été une mère pour elle. Sa mère est incapable de s'occuper d'elle-même seule. Elle est souvent trop bourrée pour cela. Alors Vesper reste. Elle lui fait à manger, elle s'occupe d'elle, elle la couche, lui fait sa toilette, elle la torche, même. Et elle encaisse chacune de ses insultes et chacun de ses coups comme si ça ne l'atteignait pas. Comme si cela ne valait même pas la peine qu'elle réagisse. « C'est à cause de toi que ton père est parti... C'est ta faute sale chienne ! C'est ta faute ! » Elle hurle dans la maison en secouant frénétiquement sa bouteille, entre deux gorgées. Vesper rabaisse la main qu'elle avait mise sur sa joue et se fige, là, juste devant sa mère. Et soudain, un sourire glacial vient fendre son visage. Alors qu'elle avance vers sa maternelle, si intimidante que celle-ci tombe en arrière, Vesper lui répond enfin. Sa voix est paradoxalement très calme, mesurée, en contrôle. Contrairement à sa mère, elle n'est pas du genre à exploser à tout va. Vesper fait plutôt dans la colère froide. « S'il t'a abandonnée, c'est parce que tu as perdu la trace de qui tu étais en tant que femme, en tant qu'épouse et probablement en tant qu'amante... Tout ça égaré au fond d'une de tes putains de bouteilles. Maman.»

***


L'orage est passé dans la maison. Une fois de plus, sa mère s'est endormie, ivre-morte. C'est à Vesper qu'il revient de la traîner tant bien que mal jusque sur son lit, dans la chambre du fond. Elle l'installe du mieux qu'elle peut sur le matelas, puis la recouvre de sa couverture. Il y a dans ses gestes une précaution, une délicatesse qui ne laisse pas soupçonner toute la rancoeur que ressent Vesper à l'égard de cette femme. Lorsqu'elle la regarde, elle ne voit pas une mère. Elle ne voit pas une famille. Elle voit un poids, un poids douloureux et insupportable, avec lequel elle doit pourtant vivre depuis des années. Et elle le fait parce qu'il n'y a qu'une seule chose qu'elle déteste encore plus que cette femme. C'est son père et la façon dont ils les a lâchement abandonnées, peu après la naissance de Vesper. Juste parce que c'était trop compliqué à vivre, trop compliqué à surmonter. Vesper est différente de lui. Elle est plus courageuse. Elle choisit d'affronter les difficultés en face, pas de les fuir.

Pourtant ce soir, Vesper doute. Ce n'est pas la première fois. Cela fait des années que ses pulsions la travaillent. Cinq ans, exactement. Il aura suffit de quelques mots... Cette douleur qu'elle a en elle, elle porte un prénom : Altaïr. Ce vampire aura réussi à remettre en question toute sa bonne volonté, il aura réussi à lui faire envie d'une autre existence, loin des foutues obligations qu'elle a envers sa mère. Tout ça d'une simple phrase : « Elle le mérite. » C'est vrai, qu'elle le méritait. Sa mère n'avait pas la moindre tendresse pour Vesper, pas la moindre gratitude ni reconnaissance pour les efforts qu'elle faisait pour elle. En la regardant, elle ne voyait pas une fille, mais l'abandon de son mari et l'échec de toute sa vie. Cette femme ne méritait pas que Vesper se sacrifie pour elle.

Alors, par folie, par instinct de survie peut-être, Vesper s'empare de l'oreiller. Elle le prend dans ses deux mains et, le regard dans le vide, elle le plaque sur le visage de cette femme. Cette femme qui lui aura fait tant de mal, qui l'aura frappée tant de fois, qu'il l'aura démolie, morceaux par morceaux. Elle plaque l'oreiller sur le visage de sa mère. Et elle appuie. Elle y met toutes ses forces. Elle se laisse guider par ses pulsions, ses pulsions meurtrières. Ce soir, Vesper sera coupable de matricide. Mais, pour la première fois, elle sera libre. Libérée de ce poids qui l'a entravée toute sa vie durant. Il suffit juste qu'elle appuie, encore un peu. Qu'elle empêche son bourreau de respirer, qu'elle étouffe celle qui lui a donné la vie, qu'elle la fasse suffoquer. Qu'elle la crève comme sa mère la crevait à force de la haïr. Sous l'oreiller, le corps convulse, il se débat. Mais Vesper ne lâche pas prise. Son regard est toujours dans le vague, il est toujours perdu, il se brouille. Et ses doigts continuent de serrer le coussin mortel. Encore quelques secondes, quelques minutes... Ils continuent de le serrer même quand le corps ne se débat plus, même quand sa mère est parfaitement morte.

Puis, une fois le choc passé, Vesper lâche l'oreiller, et se recule. Si elle voit si mal, c'est parce que ses yeux sont encombrés par les larmes. Elle pleure comme elle n'a jamais pleuré, sans pouvoir s'arrêter. Elle regarde ce corps inerte et elle pleure, encore et encore. Maintenant, c'était une tueuse. Maintenant, elle était libre. Tuer sa mère aura été le plus bel instant de sa vie jusqu'à présent.


« À Sanguinem Luna ; 204 ans - aujourd'hui »


La musique lui perce les tympans. Électrique, enivrante, elle emporte Vesper vers d'autres contrées. Blondie se laisse aller. Elle danse, danse et danse encore, jusqu'à oublier tout autour d'elle, oublier même qui elle est. Il fait sombre, la seule lumière éclairant les corps en sueur des fêtards étant celle des flashs qui vont et viennent au rythme de la musique. Elle a besoin de ça, aujourd'hui. Elle a besoin de s'envoler, besoin de quelque chose d'intense, de captivant, quelque chose qui emporte ses pensées négatives loin d'elle. Qui emporte les réminiscences de son humanité loin d'elle. Ses souvenirs douloureux. C'est drôle. Après 182 ans, elle n'a toujours pas été capable d'oublier. Le restant de l'année, si, bien sûr. Mais ce jour-là, ce jour de février, elle s'en souviendra toujours. Et, année après année, siècle après siècle, il reviendra la frapper en pleine gueule. Ce jour où elle a tué sa mère.

Tous les ans, c'est le même rituel : elle sort, elle fait la fête, elle danse, elle se trouve quelqu'un à mordre, mordre et boire jusqu'à plus soif. Il lui faut quelqu'un pour lui tenir compagnie, quelqu'un pour lui rappeler qu'elle n'est plus humaine, aujourd'hui, quelqu'un pour faire à nouveau d'elle la vampire qu'elle est. Imprévisible, caractérielle, sensuelle, délurée, sauvage. Pas la pauvre petite chose qui veut chialer sur la tombe de sa maman. Ce quelqu'un, elle semble l'avoir trouvé. Tout aussi vampire qu'elle, il s'approche, il danse, il accroche son regard au sien. Vesper ne l'a jamais vu. Ou peut-être que si, mais qu'elle l'a oublié. Quelle importance ? Elle n'attend qu'une chose bien simple de lui, tout comme lui ne veut qu'une chose d'elle : une nuit mémorable. Quelque chose de si intense que ça vous prend aux tripes, que ça vous fait décoller du plancher. Elle veut goûter à sa chair, veut qu'il la torture de plaisir, qu'il l'emmène au septième ciel.

Ils se glissent chez lui, avec cette démarche gracieuse et précise dont seuls les buveurs de sang sont capables. La porte à peine passée, ils se dévorent déjà. Baisers passionnés, griffures sauvages, murmures assoiffés. Tout s'accélère, tout se réchauffe. Et Vesper s'oublie. Là, dans les bras de son partenaire d'une nuit, elle se laisse pleinement aller, elle se sent légère comme si sa vie n'avait jamais été faite que de luxure et de sang, ses deux nouveaux meilleurs amis. Ils crient, ils se mélangent, se courent après puis se trouvent à nouveau. Ébats enflammés toute la nuit durant. C'était tout ce qu'il lui fallait. Et après des heures de ce délicieux manège, son amant temporaire lui fait un sourire complice. « Je vais chercher le dessert... » Vesper attend donc, intriguée, pendant que le vampire s'absente dans une autre pièce. Lorsqu'il revient, il pousse devant lui un jeune homme. Vesper affiche un large sourire. Elle peut entendre d'ici son coeur affolé battre dans sa poitrine. Un humain. Elle se lève, se moquant d'être entièrement nue. Qu'il profite du spectacle !... Après tout, c'est bien la dernière chose que ce pauvre agneau verra. Elle s'empare de sa gorge avec ses crocs, pendant que son compagnon vampire lui mord le poignet. Le sang coule à flots. Que c'est bon ! Cette sensation, ce goût si parfait qui vous glisse dans la gorge... Plus, il en faut toujours plus. Le sang, ce fléau si délectable, ce poison si enivrant... Elle boit. Elle boit à en crever.

Elle boit comme elle a bu sa toute première gorgée de sang. Lorsqu'elle s'est retrouvée libre, lorsqu'elle s'est retrouvée seule, ce n'est pas Tobbias, son ami d'enfance, mais Altaïr, que Vesper est partie trouver. Parce que le moment était enfin venu. Plus rien ne la retenait en arrière. Dans son esprit, c'était comme si c'était fait depuis longtemps. Tout ce qu'elle avait à faire... C'était de demander, n'est-ce pas ? Lorsqu'elle trouva son vampire, elle se laissa mordre, comme toujours. Et comme toujours, lors de cet instant privilégié et particulièrement intime, il put lire ses pensées. Elle n'eut pas besoin de prononcer un seul mot. « Tu es sûre ? » lui avait-il simplement demandé. « Sûre. » Alors, il avait croqué son propre poignet, afin d'ouvrir ses veines, et les lui avait offertes. Vesper avait posé ses lèvres sur la peau sanguinolente d'Altaïr sans aucune hésitation. Ce goût chaud et métallique qui prenait possession de sa bouche, puis de sa gorge... C'était le goût de sa liberté. Le goût de sa renaissance. Mais, avant de renaître...

Il faut déjà mourir. Aujourd'hui encore, si elle y repense avec attention, Vesper peut sentir à nouveau la lame lui transpercer l'estomac et lui déchirer les entrailles. Elle avait ressenti comme une violente brûlure au creux du ventre, tandis que la vie la quittait. Son corps rompu se tordait de douleur, et, écroulée sur le sol, ses cheveux blonds trempant dans la marre de son propre sang, elle était morte dans un ultime spasme.

Lorsque ses yeux s'étaient rouverts, tout lui avait paru changé. Plus précis, plus détaillé, plus agressif. Il fallait qu'elle se fasse à son nouveau corps, à sa nouvelle force, à ses nouveaux sens. Mais avant tout, il fallait qu'elle étanche sa nouvelle soif. Cette soif qui ne la quitterait plus, puisque pour l'éternité, elle qui avait été l'esclave d'une mère mal-aimante du temps de son humanité, devenait désormais l'esclave du sang. Sitôt libérée, sitôt enchaînée. Mais cette soumission-là, Vesper l'avait choisie. Elle deviendrait sa nouvelle voie, sa nouvelle existence. Vesper y était consentante. Pour les siècles à venir, elle serait l'amante du Sang.

Je mords et je bois. Je bois à en crever de plaisir... De toute façon, je ne suis bonne qu'à ça. N'est-ce pas... Maman ?




Dernière édition par Vesper C. Holmes le Mer 12 Sep - 23:16, édité 32 fois
Revenir en haut Aller en bas

Leonardo N. Luciano
♆ tell me, would you kill...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Vampire (de Samael).
♆ âge : 1143 ans (et fou amoureux de Samael).
♆ métier : Fouteur de m**** (et amant de Samael à plein temps).
♆ célébrité : H. Christensen
♆ crédits : awake.
♆ messages : 515

♆ tell me, would you kill...


MessageSujet: Re: Vesper C. Holmes ‣   Mer 12 Sep - 5:54

VAMPIRE !
BIENVENUE ! parmi nous, et j'adore ton pseudo et ton avatar, et tout.
Bref, hâte de lire ta fiche, et surtout si tu as la moindre question, faut pas hésiter. I love you I love you

_________________

- I LOVED YOU SO MUCH, AND NOW IT HURTS SO BAD -
falling out of love is hard, falling for betrayal is worse, broken trust and broken hearts, i know. and now when all is done there is nothing to say, all we had is gone. tell them I was happy, and my heart is broken, all my scars are open, tell them what i hoped would be impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


♆ papiers d'identité.



MessageSujet: Re: Vesper C. Holmes ‣   Mer 12 Sep - 14:35

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


♆ papiers d'identité.



MessageSujet: Re: Vesper C. Holmes ‣   Mer 12 Sep - 14:43

MERCI

Lyokha ; j'aime beaucoup ton pseudo aussi (en plus, tu joues Hayden, ce qui ne gâche rien ) ! Du coup comme je suis une vilaine curieuse de la mort qui tue, je suis allée lire ta fiche et je l'ai dévorée à pleines dents (de vampire *BAF*) tellement j'ai aimé l'histoire de ton perso ! Voilà, donc, la petite déclaration du jour.


*retourne à sa fiche*
Revenir en haut Aller en bas

Edwood S. Aleister
♆ "Of traitors, bastards and broken things"
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Sorcier/Calice de Satine A. Blackwood.
♆ âge : 28 ans.
♆ métier : Second de la garde royale sorcière.
♆ célébrité : Jonathan Rhys-Meyers.
♆ crédits : (c)Ness.
♆ messages : 29

♆


MessageSujet: Re: Vesper C. Holmes ‣   Mer 12 Sep - 15:27

Oh là! Une jolie vampire! *encore XD*

Bonne chance pour ta fiche! Ça va déjà très bien avec ton caractère génial!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Leonardo N. Luciano
♆ tell me, would you kill...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Vampire (de Samael).
♆ âge : 1143 ans (et fou amoureux de Samael).
♆ métier : Fouteur de m**** (et amant de Samael à plein temps).
♆ célébrité : H. Christensen
♆ crédits : awake.
♆ messages : 515

♆ tell me, would you kill...


MessageSujet: Re: Vesper C. Holmes ‣   Mer 12 Sep - 15:42

Merci ! , de toute façon, nous faudra un lien.
code ok, au passage. I love you

_________________

- I LOVED YOU SO MUCH, AND NOW IT HURTS SO BAD -
falling out of love is hard, falling for betrayal is worse, broken trust and broken hearts, i know. and now when all is done there is nothing to say, all we had is gone. tell them I was happy, and my heart is broken, all my scars are open, tell them what i hoped would be impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celestino R. Ferricelli
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1067

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: Vesper C. Holmes ‣   Mer 12 Sep - 16:22

Quelle ravissante vampire que voilà ! Dommage que tu sois vampire, on va être ennemis.

*range Samael*

Bienvenue à toi !!! Très joli pseudo, ton vava est tout simplement... Wouah... *-* Et j'adore ton caractère ! J'ai hâte d'en lire plus ! *-*

Merci beaucoup pour ton inscription et, comme l'a dit Lyo, si tu as la moindre question, n'hésite pas ! Bon courage pour la suite de ta fiche !

_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


♆ papiers d'identité.



MessageSujet: Re: Vesper C. Holmes ‣   Mer 12 Sep - 16:54

Bienvenue ici !
Hâte de lire ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


♆ papiers d'identité.



MessageSujet: Re: Vesper C. Holmes ‣   Mer 12 Sep - 19:31

Merci à tous L'accueil est chaleureux, ça fait plaisir ! Et merci également pour vos commentaires sur ce début de fiche J'espère que le reste vous plaira !

J'aurais terminé d'ici ce soir, normalement. Mais là je fais une petite pause syndicale
Revenir en haut Aller en bas

Satine A. Blackwood
♆ never let me go.
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Vampire.
♆ âge : 745 années.
♆ métier : Secrétaire d'État.
♆ célébrité : Natalie Dormer.
♆ crédits : MACK.
♆ messages : 96

♆ never let me go.


MessageSujet: Re: Vesper C. Holmes ‣   Mer 12 Sep - 23:29

    Soyons honnête : moi, tu m'as tout de suite séduit!
    Ta plume me fait un plaisir fou sans parler de ton choix d'avatar, mon petit loup!>
    Pour moi, tu es admise à 100% avec toute mon impatience de déjà te relire : un régal!

    Un gros validons-la pour ma part!

    Et vous autres, les admins? Smile

_________________
Spoiler:
 





    Phèdre (Acte I, scène III) - Racine
    Quand tu sauras mon crime,
    et le sort qui m'accable
    Je n'en mourrai pas moins,
    J'en mourrai plus coupable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celestino R. Ferricelli
♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : Humain (de Lyokha)
♆ âge : 23 ans (et fou amoureux de Lyokha)
♆ métier : Intendant impérial en formation (et amoureux de Lyokha)
♆ célébrité : Ben Barnes
♆ crédits : Tatsuki
♆ messages : 1067

♆ Je m’enivre de ce poison, à en perdre la raison...


MessageSujet: Re: Vesper C. Holmes ‣   Jeu 13 Sep - 15:49

Une très jolie plume, j'ai dévoré ta fiche ! C'est fluide, c'est un véritable plaisir de te lire ! Je ne répéterai pas les paroles de Satine, puisque je pense pareil, mais j'adore !
Pour moi, c'est aussi d'accord. Cool

L'Ancien passera après moi ! Cool

_________________


I'm addicted to you, hooked on your love, like a powerful drug I can't get enough of. Lost in your eyes, drowning in blue, out of control, what can I do ? I'm addicted to you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'Ancien
♆ never let me go.
avatar


♆ papiers d'identité.
♆ race : La tienne ?
♆ âge : Plus vieux que toi...
♆ métier : Te surveiller.
♆ célébrité : Red moon
♆ crédits : awake.
♆ messages : 147

♆ never let me go.


MessageSujet: Re: Vesper C. Holmes ‣   Jeu 13 Sep - 15:51



Validation.


Tu es officiellement validé par un membre du staff, VESPER C. HOLMES, tu rejoins par conséquent le groupe VAMPIRES. Tu vas recevoir ta couleur et ton rang sous peu - quand le légume qui vient de te valider se bougera pour - mais en attendant, tu peux commencer à poster un peu partout dans le forum. Déjà, tu peux courir te recenser dans les différents registres : bottin des avatars, logement, métier de ton personnage ect. Ceci fait, tu peux venir ouvrir une fiche de liens, par ici. Par la suite, on t'invite à ouvrir un carnet pour tes divers rps, histoire de tenir au courant tout ce beau monde, et c'est par . Finalement, si tu as des questions ou quoi que ce soit à nous demander, tu peux le faire ou par message privé, ou en postant ici. N'oubliez pas non plus que pour rp par ici, il faut poster l'entête de rp au début de ce dernier, pour faciliter le boulot au staff (interventions, et autres) qui est disponible ici. Bon jeu, sur Anarkia !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anarkia.lebonforum.com

Invité
Invité


♆ papiers d'identité.



MessageSujet: Re: Vesper C. Holmes ‣   Jeu 13 Sep - 15:53

Merci beaucoup pour la validation ! Je sens que je vais me plaire, ici, ça sent la bonne ambiance à plein nez *sniff sniff*
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


♆ papiers d'identité.



MessageSujet: Re: Vesper C. Holmes ‣   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vesper C. Holmes ‣

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jodie Holmes - beyond : two souls
» [327] Camille E. Holmes | Fini [PHYLLALI]
» 02. We're better than Holmes and Watson ! [Oxy]
» Haiti en Marche parle de la commission sur la nationalite
» Tess Vesper [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A N A R K I A :: Le passé est le passé :: Nos Archives :: Fiche-